Maldoror : Aurore

Kevin Saliou   Énigmatique et mystérieux, le projet musical Maldoror s’apprête à sortir sous peu un Chant III, sous-titré « Larmes », qui a retenu toute notre attention. Il s’agit d’un premier album qui s’inspire de l’oeuvre d’Isidore Ducasse.  Dans le dossier que nous a fait parvenir l’un des membres du groupe, ou bien peut-être le seul compositeur… Lire la suite Maldoror : Aurore

Colloque du cent-cinquantenaire 2020

  Après Tarbes, Paris. En 1870, après avoir publié les minces plaquettes de Poésies I et Poésies II, Isidore Ducasse mourait, un 24 novembre, dans son appartement parisien de la rue du Faubourg-Montmartre. C’est ce double événement qu’il nous faut commémorer cette année, d’une part la publication d’une oeuvre fragmentée et fragmentaire, publication permanente restée inachevée et donnée… Lire la suite Colloque du cent-cinquantenaire 2020

Une brève histoire du poison dont sont pleines les pages des Chants de Maldoror

Mathilde Ollivier     Un romancier a tous les droits, excepté celui d’empoisonner les âmes. Alfred Nettement, Le roman contemporain, 1864.   La première phrase des Chants de Maldoror a été maintes et maintes fois analysée. Mais l’utilisation du substantif « poison » mérite qu’on s’y attarde plus longuement, puisque les pages des Chants de Maldoror en… Lire la suite Une brève histoire du poison dont sont pleines les pages des Chants de Maldoror

Un cahier d’instituteur

Eric Nicolas   Merci à Olivier Fodor pour ses précisions apportées.  Peu de ducassiens ont, semble-t-il, parcouru les monographies communales rédigées en 1887 par les instituteurs de l’Académie de Toulouse. Voici ce qu’en dit le site des archives des Hautes-Pyrénées: Les monographies communales rédigées par les instituteurs en 1887 à la demande du recteur de l’académie… Lire la suite Un cahier d’instituteur

Ducasse lexicographe? Note sur les Grandes Têtes Molles

Denis Saint-Amand   Alors que les Poésies fêtent leur cent-cinquantenaire, les Cahiers Lautréamont qui paraîtront en novembre 2020 leur consacreront un dossier afin de revenir sur ces deux plaquettes souvent négligées par la critique. Denis Saint-Amand ouvre le bal et s’intéresse particulièrement à la liste des Grandes Têtes Molles.   On sait comment, avec l’essor de la presse et… Lire la suite Ducasse lexicographe? Note sur les Grandes Têtes Molles

Prescience du cinéma numérique dans Les Chants de Maldoror

Camille Brunel   Camille Brunel est journaliste, critique de cinéma et surtout écrivain. En 2011, il avait publié une Vie imaginaire de Lautréamont  (Gallimard, coll. L’Arbalète), entre essai et fiction, qui se proposait de remplir les blancs restants de la biographie d’Isidore Ducasse. En 2018, son roman engagé au service de la cause animaliste La Guérilla… Lire la suite Prescience du cinéma numérique dans Les Chants de Maldoror

Adhérez à l’AAPPFID!

Chers amis passés, présents et futurs d’Isidore Ducasse, L’AAPPFID met à jour ses conditions d’adhésion et de renouvellement. Pour les membres de l’AAPPFID qui avaient cotisé en 2018 ou 2019, vous pourrez nous adresser votre renouvellement en suivant les mêmes conditions. Nous conseillons toutefois à nos lecteurs d’attendre la fin du confinement, quand les services… Lire la suite Adhérez à l’AAPPFID!

Possédé. Actualisation du recensement des éditions originales de 1869 et 1874

Bertrand Combaldieu               Nous avions l’impérieux devoir de mettre à jour notre recensement paru dans la version électronique des Cahiers Lautréamont en juillet de l’année dernière. Promesse tenue. Rappelons qu’il s’agit d’abord d’une tentative d’inventorier les exemplaires de l’édition originale des Chants de Maldoror ou plutôt celle dite de « première seconde », en date de… Lire la suite Possédé. Actualisation du recensement des éditions originales de 1869 et 1874

Les deux derniers exemplaires (et quelques autres)

Bertrand Combaldieu et Eric Walbecq             Ça commence par une simple curiosité, comme souvent. Celle d’aller visiter un exemplaire des Chants de Maldoror avant sa vente aux enchères à l’Hôtel Drouot. Un exemplaire à priori sans grand intérêt, jauni, à la couverture fragile, en état médiocre. Pas de notes, pas d’ex libris, non vraiment, rien… Lire la suite Les deux derniers exemplaires (et quelques autres)