De Ducasse à Maldoror

Archive for the ‘Non classé’ Category

Appel à contribution

In Ducasse, Lautréamont, Maldoror, Non classé on 30/04/2018 at 10:12

L’Association des Amis Passés, Présents et Futurs d’Isidore Ducasse, recréée récemment, s’apprête à faire paraître un nouveau Cahier Lautréamont. En parallèle, elle continue à diriger les Cahiers Lautréamont numériques qui proposent, sous la forme d’un blog, d’autres articles sur Isidore Ducasse et son œuvre.

 

maxresdefault

 

L’AAPPFID lance un appel à contribution à tous les passionnés des Chants de Maldoror et des Poésies. En attendant la préparation des commémorations du cent-cinquantenaire de la non-publication des Chants de Maldoror en 2019, puis de la mort d’Isidore Ducasse en 2020, le numéro de 2018 sera consacré à la relance des études maldororiennes. Plusieurs chantiers sont ouverts : poursuite des recherches biographiques, retour au texte et à son interprétation, étude des exemplaires et de leur histoire, réception de l’œuvre et répercussions sur les lecteurs ultérieurs. En parallèle, les Cahiers Lautréamont continuent à publier tout document rare en lien avec la vie ou l’œuvre d’Isidore Ducasse.

 

En attendant l’organisation de colloques à venir, vous pouvez nous faire parvenir vos propositions de contributions avant le 10 juillet 2018, ou nous contacter pour toute demande de renseignements, à l’adresse suivante : aappfid@isidorelautreamont.fr

 

Pour devenir membre de l’AAPPFID et recevoir le volume annuel des Cahiers Lautréamont veuillez envoyer votre cotisation par chèque à l’adresse de l’association : France : 25€; Étranger : 35€; Institutions : 50€

Association des Amis Passés, Présents et Futurs d’Isidore Ducasse
Appt. 26 – Résidence Les Terrasses de Venetis 26 Square des Hautes Plaines 56000 Vannes

 

Vous pouvez nous suivre sur

http://www.maldoror.org

https://cahierslautreamont.wordpress.com

Sur Facebook : http://www.facebook.com/pg/AAPPFID/

Sur Twitter : http://twitter.com/C_Lautreamont

 

Pour aider l’Association toute nouvellement recréée à se faire connaître, n’hésitez pas à transmettre et à diffuser au maximum ces informations.

 

Publicités

Les Cahiers Lautréamont renaissent!

In Ducasse, Lautréamont, Non classé on 21/03/2018 at 13:29

 

220px-Lautréamont

Les Cahiers Lautréamont renaissent!

L’Association des Amis Passés, Présents et Futurs d’Isidore Ducasse a vu le jour en 1987 sous la direction de Jean-Jacques Lefrère. Éditrice des Cahiers Lautréamont jusqu’en 2010, organisatrice de 8 colloques internationaux, l’AAPPFID a très largement contribué à la connaissance d’Isidore Ducasse et de son oeuvre.

 

Depuis 2012, les Cahiers Lautréamont numériques ont poursuivi la publication de diverses études et documents. Aujourd’hui, une nouvelle génération de chercheurs prend le relais, appuyée par les animateurs de l’ancienne association.

 

Sous le même intitulé, la nouvelle AAPPFID prépare un programme de publications imprimées et numériques ainsi que de colloques internationaux destinés à marquer le cent-cinquantenaire des Chants de Maldoror, puis celui, en 2020, de la disparition d’Isidore Ducasse.

 

Pour devenir membre de l’AAPPFID et recevoir le volume annuel des Cahiers Lautréamont veuillez envoyer votre cotisation par chèque à l’adresse de l’association : France : 25€; Étranger : 35€; Institutions : 50€

Association des Amis Passés, Présents et Futurs d’Isidore Ducasse
Appt. 26 – Résidence Les Terrasses de Venetis 26 Square des Hautes Plaines 56000 Vannes

Ou contacter, pour toute demande de renseignements :
aappfid@isidorelautreamont.fr

 

Vous pouvez nous suivre sur

http://www.maldoror.org

https://cahierslautreamont.wordpress.com

Sur Facebook : http://www.facebook.com/pg/AAPPFID/

Sur Twitter : http://twitter.com/C_Lautreamont

 

Pour aider l’Association toute nouvellement recréée à se faire connaître, n’hésitez pas à transmettre et à diffuser au maximum ces informations.

Un autre Genonceaux poursuivi par la justice

In Édition, Genonceaux, Non classé on 12/02/2018 at 05:38

Kevin Saliou et Gérard Tasset

 

 

Dans un article précédent, Gérard Tasset nous avait communiqué des informations nouvelles et importantes concernant Léon Genonceaux, le premier à avoir réédité, en 1890, Les Chants de Maldoror. Bien que ceci soit sans rapport avec Isidore Ducasse, il nous a semblé intéressant de présenter au public le destin de l’un de ses neveux, Arthur Clément Joseph, qui connut comme son oncle des déboires judiciaires avant de se ranger à l’âge de la maturité. Voici donc le fruit des recherches de Gérard Tasset.

 

Le père de Léon Genonceaux, Alexandre Théodore Joseph Genonceaux, s’était marié à Couvin le 28 juillet 1845 avec Eloïsme Meunier. Ils avaient ensuite eu trois enfants : Louis Émile Joseph, né le 4 avril 1846, Émile Adolphe Joseph, né le 28 septembre 1850, et Léon Constantin Joseph, le futur éditeur, né le 16 janvier 1854.

Émile s’était marié à son tour, le 20 décembre 1870, et avait vécu un temps, comme son père, à Couvin. Il avait ensuite eu trois enfants : Arthur Clément Joseph, né le 9 novembre 1871, Marie Joseph, née le 3 mai 1875, et René Émile Joseph, né le 15 novembre 1879. En 1879, la famille partit s’installer à Bruxelles. Il est intéressant de noter que, dans sa jeunesse, Léon Genonceaux était également parti s’installer dans la région bruxelloise pour être éditeur, mais qu’il dut revenir à plusieurs reprises chez ses parents à Couvin, comme en témoigne le registre de la population de la commune, consulté par Gérard Tasset. On ignore quelle était la raison de ces allées et venues, et si elles sont le témoignage de premiers déboires financiers, mais en 1880, Léon décida de partir faire fortune dans le monde de l’édition parisienne. La suite est connue et a été racontée par Jean-Jacques Lefrère : on le retrouve peu après employé chez Édouard Monnier, place des Vosges, où il verra se succéder les patrons avant d’hériter de lui-même de la librairie, déménagée au 3, rue Saint-Benoît.

Arthur Clément Joseph, premier fils d’Émile, avait obtenu un diplôme d’ingénieur. Il était négociant en chaux lorsqu’il se maria le 27 avril 1899, à Spy, en Belgique, avec Valérie Blairon, née le 26 mai 1868 à Bruxelles. De ce mariage allaient naître trois enfants : Germaine Maximilienne, née le 18 janvier 1900, Maximilien Emmanuel, né le 20 mars 1901 et Renée Émilie Clémentine, née le 9 juillet 1902. À la fin de l’année 1899, Arthur Clément fonda la Société Anonyme des Carrières de Labuissière, dont il était administrateur et directeur. Mais l’entreprise fit rapidement faillite : elle lui avait néanmoins permis de mener à bien une première escroquerie de plusieurs centaines de milliers de francs, comme le rapporte le journal Le XXesiècle du 3 mars 1905 :

AGenonceaux1

Peu après, Arthur et sa famille revinrent à Couvin où il fonda, le 10 juillet 1900, la Société anonyme des ciments et chaux de Couvin. Il en était encore administrateur et directeur. Mais en 1902, alors que naît sa fille Renée Émilie Clémentine, il a déménagé à Andrelecht et se déclare ingénieur, sans préciser l’entreprise. Ces informations sont tirées du relevé du recensement de 1900, page R568, effectué par M. Vanwelkenhuyzen et consulté par Gérard Tasset.

AGenonceaux2

Journal de Charleroi du 5 août 1900

La trace d’Arthur Clément est plus facile à suivre dans la presse que celle de son mystérieux oncle éditeur, car les hauts-faits du neveu ne sont pas moins glorieux. Si l’on ignore ses activités au cours des années 1902-1904, on le retrouve soudain dans la presse en 1905. Le Journal de Paris du 2 mars 1905 et Le XIXe siècle du 3 mars 1905 rapportent en effet l’arrestation d’un escroc de haut vol. Sous de faux noms, il avait arnaqué un certain nombre de personnes en Belgique. Criblé de dettes, Arthur Genonceaux avait fait l’objet, à la fin de 1904, d’une instruction judiciaire. Laissé en liberté provisoire pendant l’instruction de son dossier, il avait alors fui en France pour continuer ses méfaits. Le 1er mars 1905, il fut arrêté pour escroquerie sous le titre usurpé et très maldororien de… comte d’Oultremont. Ainsi, le 2 mars 1905, Le Journal de Paris consacre un article aux « escrocs de haut vol dont un faux gentilhomme » :

La justice belge recherchait depuis plusieurs mois un escroc de marque, Arthur Joseph Genonceaux, qui avait extorqué à de nombreux dupés des sommes dont le total dépassait 100.000 francs. L’aventurier ne restreignait point son champ d’action à la Belgique. Paris, la province et les grandes villes de l’étranger étaient exploitées par lui. Voici quel était son procédé :

Agé de 35 ans à peine, d’allures distinguées, il se présentait chez des capitalistes, en se donnant tantôt comme comte de Nydpruck, tantôt comme chevalier, commis du duc de Staumont, ancien directeur de sociétés financières. Parfois encore il s’adressait à des joailliers ou des orfèvres. Et il sollicitait soit une avance de fonds soit la livraison à crédit d’une certaine quantité de bijoux.

Comme garanti de sa solvabilité, le pseudo-gentilhomme offrait une délégation sur un dépôt de 10.200.000 francs, reliquat de l’héritage de son frère, dont le séquestre était un notaire très honorable demeurant à Bruxelles.

Or Genonceaux avait une maîtresse qui portait à tort ou à raison le même nom que le notaire, et demeurait à Bruxelles dans la même rue, à une ou deux maisons d’intervalle.

Cette femme se faisait remettre les lettres adressées à son homonyme et voisin et qui contenaient des demandes de renseignements concernant le comte de Nydpruck et sa situation de fortune.

Inutile d’ajouter que la jeune femme envoyait aussitôt une réponse favorable et que son amant jouissait ainsi d’un crédit illimité.

Genonceaux vient d’être arrêté à Strasbourg où il était en train de commettre une nouvelle escroquerie et où il s’était approprié le titre de comte d’Oultremont.

Mr Roy, commissaire de police aux délégations judiciaires, a reçu de divers parquets des commissions rogatoires à l’effet d’entendre les victimes de ce maître escroc. Le magistrat devra consacrer plusieurs journées à cette besogne.

AGenonceaux3

Et dans Le XIXe siècle du 3 mars 1905 :

AGenonceaux4

A la suite de nombreuses plaintes récemment reçues, le parquet de la Seine vient de charger M. Roy, commissaire aux délégations judiciaires, d’ouvrir une information contre un certain Joseph Genonceaux, 35 ans, d’origine belge. Ancien administrateur de sociétés, très élégant, ruisselant de bijoux, ce personnage a réussi à faire, tant à Paris que dans les départements, un nombre inestimable de dupes, sous les noms d’emprunt de comte de Nydpruck, de Chevalier, comte ou duc de Staumont, de comte d’Oultremont, ou se mettant en rapport avec des banquiers, des financiers, des bijoutiers, des agents d’affaires, etc.

Il s’efforçait de se faire prêter d’importantes sommes d’argent, donnant pour garantie un prétendu dépôt d’un million chez un notaire de Bruxelles, insistait-on. Il donnait l’adresse de sa maîtresse, qui portait le même nom que l’officier ministériel, par une coïncidence habilement calculée. La jeune femme, cela va sans dire, donnait les meilleures renseignements sur l’honorabilité du personnage. Joseph Genonceaux a réussi à escroquer par cet ingénieux moyen plus d’un demi million.

L’escroc, M. Roy en a été avisé hier, vient d’être arrêté à Strasbourg (en Allemagne depuis 1870) où il se disposait à continuer la série de ses exploits.

Le nom du comte Vitole de Nydpruck fait référence à un personnage qui a réellement existé. Vivant à Bruxelles, il avait déposé le 31 juillet 1886 un brevet pour un procédé de tannage accéléré.

Arthur Genonceaux fut rapidement jugé par le tribunal correctionnel de Strasbourg et condamné le 15 mars à 6 mois de prison ferme. Tenant compte de son mois de prison préventive, après avoir effectué ses 5 autres mois, il fut remis à la justice belge à la fin novembre 1905.

AGenonceaux5

Le Messin du 16 mars 1905

Arthur Clément Genonceaux comparut alors devant le tribunal correctionnel de Bruxelles dès la fin 1905 et jusqu’au début de 1906. Vu la complexité du dossier et l’abondance des témoins, il fallut plusieurs audiences avant qu’il ne soit jugé et condamné le 20 janvier 1906 à quatorze fois trois mois, quatre fois sept mois et une fois deux mois de prison, soit un total de soixante-douze mois ou six ans de prison ferme.

AGenonceaux6

AGenonceaux7

Le Vingtième siècle du 21 janvier 1906

AGenonceaux8

Vooruit du 24 janvier 1906

Traduction :

Affaires de justice – Tribunal de Bruxelles

Arthur Genonceaux est condamné à 84 mois de prison pour différents abus de confiance, escroqueries et utilisation de documents falsifiés. En Belgique, il se faisait passer pour un comte d’Oultremont ou bien aussi pour un duc d’Ursel. A Strasbourg, il prenait les titres de nobles Allemands. Grâce à cela, il avait fait la connaissance de beaucoup de gens qu’il pouvait tromper et à qui il pouvait soutirer de l’agent. La maîtresse de Genonceaux fut condamnée à 10 mois de prison.

AGenonceaux9

Gazette de Charleroi du 19 mars 1906

Arthur Clément Joseph Genonceaux aurait été incarcéré à la prison de Saint-Gilles. Mais a-t-il effectué totalement ses 84 mois (ou 7 ans) de prison additionnés d’un an pour les faux actes notariés ? Cela conduirait en 1914, à la veille de la première guerre mondiale. Une chose est sûre : cette peine n’est pas compatible avec sa nouvelle arrestation à Dinant fin septembre 1909 et son retour devant le tribunal de Bruxelles. Avait-il bénéficié d’une remise de peine ? Mais alors pour quelle raison ?

AGenonceaux10

Journal de Charleroi du 25 septembre 1909

Quoiqu’il en soit, on se retrouve avec un « trou » dans la vie d’Arthur Clément Genonceaux entre fin 1909 et le 31 août 1921, date à laquelle il publie un article sur la science des chaux et ciments, et un autre article le 14 septembre 1921 dans la revue Le Bâtiment et le bulletin de l’entreprise réunis. Il réapparaît à Ixelles le 20 janvier 1923 pour le prononcé de son divorce avec Valérie Blairon, domiciliée alors avec ses enfants au 334, chaussée de Bruxelles à Forest. L’escroc, a priori repenti, se remaria aussitôt, le 4 avril 1923,  à Ixelles, avec la baronne Ève Elodie Anne de Posch, qui demanda et obtint le divorce moins d’un an après, le 13 septembre 1924. Avait-elle appris le passé de son époux, ou celui-ci avait-il reprit ses activités ?

Arthur Clément ne mourut que le 27 décembre 1937, à Woluwe-Saint-Lambert. Il avait regagné Bruxelles et s’était à nouveau remarié, le 15 février 1925, avec Léonie Léopoldine Hélène Drapier, avec qui il avait eu deux enfants, un petit Jacques mort-né le 7 avril 1926 et une fille, Jacqueline Adrienne Simonne, née le 12 mars 1927. Il avait fallu un troisième mariage pour qu’il se décide à se ranger, devenant, en 1924, directeur du Moniteur des chaux, ciments et travaux publics, l’organe mensuel belge des maîtres de carrières et fabricants de chaux et de ciment.

 

Ainsi, Léon Genonceaux ne fut pas le seul membre de sa famille à mener une vie romanesque aux prises avec la justice française. Mais l’oncle s’était assagi beaucoup plus rapidement, échaudé par ses premières imprudences – l’affaire du Reliquaire, des Voluptueuses de Jean Larocque, sans parler du Tutu, resté inédit – tandis que le neveu avait longtemps poursuivi ses bravades. Gérard Tasset a rencontré, en 2010, Jacqueline Adrienne Simone. Elle n’avait jamais eu de contact avec ses deux demi-sœurs, qui avaient vingt-cinq ans de plus qu’elle. À sa connaissance, son père était ingénieur de four à chaux et directeur de carrière. Mais elle n’avait que dix ans quand Arthur Clément, était mort. Elle ne dut probablement jamais savoir qu’il se faisait appeler autrefois le comte d’Oultremont.

 

Gérard Tasset et Kevin Saliou remercient Georges Lepère pour les coupures de presse illustrant cet article.

Les yeux sanguinaires de Zorilla (version espagnole)

In Non classé on 16/03/2016 at 08:52

 

María Helena Barrera-Agarwal

« Je constate, avec amertume, qu’il ne reste plus que quelques gouttes de sang dans les artères de nos époques phtisiques. Depuis les pleurnicheries odieuses et spéciales, brevetées sans garantie d’un point de repère, des Jean-Jacques Rousseau, des Châteaubriand et des nourrices en pantalon aux poupons Obermann, à travers les autres poètes qui se sont vautrés dans le limon impur, jusqu’au songe de Jean-Paul, le suicide de Dolorès de Veintemilla, le Corbeau d’Allan, la Comédie Infernale du Polonais, les yeux sanguinaires de Zorilla, et l’immortel cancer, Une Charogne, que peignit autrefois, avec amour, l’amant morbide de la Vénus hottentote, les douleurs invraisemblables que ce siècle s’est créées à lui-même, dans leur voulu monotone et dégoûtant, l’ont rendu poitrinaire. Larves absorbantes dans leurs engourdissements insupportables !»

Poésies, I, 27

 

  1. Introducción

Dentro del famoso párrafo de Poésies citado, apenas dos autores pertenecen a la literatura en lengua española, “Dolores de Veintemilla”, y « Zorilla ». A diferencia de los demás escritores evocados por Ducasse, el determinar la exacta identificación de ambos no ha sido tarea simple. La identidad de Dolores Veintimilla y el modo probable en que su nombre y su suicidio llegaron a las páginas de Poésies han sido temas de compleja y amplia dilucidación. Otro tanto ha sucedido respecto de « Zorilla », y del detalle que acompaña tal nombre, la referencia, aparentemente imposible de comprender, a « les yeux sanguinaires ».

Por más de un siglo se ha intentado clarificar el sentido de esas palabras. Al considerarlas, Valery Larbaud las encontró tan inescrutables que sugirió la posibilidad de un error de tipografía que habría introducido la palabra “yeux” [“ojos”] en lugar de “dieux” [“dioses”].[1] La mayoría de la crítica ha aceptado la validez del texto, especulado consistentemente que el poeta aludido es José Zorrilla y Moral, el vate español romántico de mayor fama al momento en que Ducasse escribe su libro.[2] Empero, ningún vínculo real ha podido hallarse para dar solidez a tal especulación. En ningún texto de Zorrilla se encuentra mención de ojos “sanguinarios”, “sangrientos” o “sanguinolentos” – opciones todas posibles en castellano. La razón por la que Ducasse eligió a « Zorilla » para integrarlo a su texto, y, aún más, el significado de « les yeux sanguinaires » a él relacionados, han quedado así en el misterio.

La presente nota propone una teoría que confirmaría la identificación de José Zorrilla y Moral como el « Zorilla » de Poésies. Busca justificar tal identificación en base a evidencias que prueban la relación de amistad que Zorrilla mantuvo con un poeta uruguayo, Alejandro Magariños Cervantes. Propone, en fin, que Ducasse conocía de la existencia de las ediciones originales de dos obras publicadas por esos escritores, y que los contenidos de esos trabajos y los vínculos entre sus autores brindan contexto y explicación a la oscura alusión incluida en Poésies.

 

  1. La Rosa de Alejandría

 

En 1852, Alejandro Magariños Cervantes, joven uruguayo de veintisiete años, publica en Madrid un libro intitulado Celiar, leyenda americana en varios metros.[3] El título es autoexplicativo – se trata de una historia de ribetes románticos, redactada en verso. La trama está claramente influenciada por aquellas de Chateaubriand. Un elemento, empero, busca atemperar lo bien conocido de tales creaciones: Magariños incluye en su trabajo elementos vernáculos, que producen una impresión exótica apta a atraer el interés del público europeo. Los mismos se incluyen tanto en el texto como en los contenidos gráficos del libro.[4] Las abundantes ilustraciones procuran resaltar la singularidad de lo americano.

El mérito literario de Celiar es muy relativo. Empero, la obra hallará considerable éxito en su tiempo.[5] Tal aceptación debe comprenderse a la luz de dos factores, su publicación en España, y los homenajes que recibe de autores altamente reconocidos a la época. La edición original de Celiar se halla prologada, en términos elogiosos, por el ya famoso Ventura de la Vega. De modo aún más significativo, en 1854, pocos meses después de la aparición del libro, el poeta español José Zorrilla y Moral dedica a Magariños una obra suya, La Rosa de Alejandría,[6] mencionando en el prólogo que se ha inspirado en Celiar al crearla:

« La lectura de tu Celiar, que no conocía, ha sido la fuente que me ha suministrado el agua con la que he regado la tierra, para plantar mi Rosa: su inspiración, pues, nos pertenece a medias. »[7]

Lo efusivo de la opinión de Zorrilla se debe, probablemente y en gran parte, a la amistad que ha trabado con Magariños. Esa relación se transparenta en evidencia simple de hallar: la primera edición de La Rosa de Alejandría aparece en una publicación fundada, en Madrid, por el uruguayo, la Revista española de ambos mundos. El prólogo detalla el modo en que Magariños ha tornado explícita su admiración por Zorrilla incluso antes de conocerlo personalmente. Documenta además la insistencia de Magariños para que Zorrilla le confíe un texto a publicar en su revista, citando en su totalidad una carta del primero en tal sentido.

  1. Celiar y los “ojos sangrientos”.

Cuando Zorrilla reedita su La Rosa de Alejandría en formato libro, en 1857, no incluye el prólogo en el que se refiere a Magariños.[8] Empero, puede asumirse que éste garantizó que tanto Celiar como el volumen de la Revista española de ambos mundos en el que se incluía el prólogo de Zorrilla a su respecto, circulasen lo más ampliamente posible entre las élites intelectuales de América Latina. Ello se evidencia, en particular, respecto de su país de origen, Uruguay. En 1878, en un artículo dedicado a Magariños, su contemporáneo y colega José Antonio Tavolara resaltará cómo:

“el juicio literario puesto por D. Ventura de la Vega en la edición ilustrada de Celiar, basta para formar la reputación de cualquier escritor. El eminente poeta D. José Zorrilla le dedicó la preciosa leyenda La Rosa de Alejandría, inspirada por la lectura de Celiar, según lo declara en una amistosa carta”.[9]

Y, ya entrado el siglo diecinueve, aún se difundirá la anécdota como marca cierta de prestigio:

« En el Celiar de Magariños se inspira Don José Zorilla al escribir La Rosa de Alejandría, que está dedicada al uruguayo. »[10]

A su retorno al Uruguay, en 1855, Magariños goza de una gran influencia. En adición a su fama como autor – cimentada, como se ha visto, con los encomios de dos de los más renombrados vates europeos de la época, – Magariños posee una sólida formación jurídica obtenida en España. Por el resto de su vida, ambas ventajas se cristalizarán en éxitos. Profesionalmente, Magariños detentará altos cargos en su país. Literariamente, habrá de pasar a la historia como uno de los adalides del romanticismo en el Uruguay. Esa confluencia lo convertirá en figura omnipresente:

« En largos años de vida gozó de todos los honores y los cargos: juez, ministro, catedrático de Derecho y rector de la Universidad de Montevideo, corresponsal de la Academia Española. Le elogian sus coetáneos y le admiran los jóvenes. En América estudian su obra Sarmiento, Gutiérrez, Bilbao, Mármol, Baralt. En España, Larra, Castelar, Zorrilla, Cánovas. »[11]

Ducasse no podía dejar de estar al tanto de la existencia de Magariños, en razón de la preponderancia de éste último dentro de la escena literaria uruguaya en las décadas de los cincuenta y de los sesenta del siglo diecinueve. ¿Leyó Celiar? ¿Estuvo al tanto de los elogios de Zorrilla? Es imposible probarlo con certeza absoluta, en ausencia de un testimonio directo. Empero, un detalle fundamenta tal suposición: en la página 73 de la edición original de Celiar, luego de una viñeta que presenta una serpiente de cascabel y, como parte de una descripción de un ámbito tan artificialmente salvaje como románticamente predecible, se lee:

 

« ¿O acaso vaga en la selva

algún cimarrón famélico,

y en el disco de la luna

clava sus ojos sangrientos,

tiende el cuello, el aire aspira,

y hacia el llano dirigiéndose

con triste, fúnebre aullido

convoca a sus compañeros

para caer como hienas

sobre el ganado indefenso? »[12]

 

Al leer esos versos y otros de tono similar, resulta difícil creer que Zorrilla encontrase apropiado el elogiar abundantemente la obra, y, aún más, el declarar que hallaba inspiración en la misma. El pasaje confirma lo relativo del mérito de Magariños como poeta. Lo poco afortunado de los lugares comunes en la estrofa citada se halla apenas matizado por un término americano – « cimarrón » por « perro salvaje » – explicado luego en el abundante glosario que acompaña al poema.  En tal contexto, la expresión « ojos sangrientos » es de particular interés. Se destaca por lo forzado y excesivo, características que la tornan, paradójicamente, memorable.

 

  1. Conclusión

 

Al considerar la existencia de la expresión « ojos sangrientos » en Celiar, y la conexión entre Magariños y Zorrilla – representantes, ambos, de la escuela romántica aborrecida por Ducasse – la mención en Poésies puede interpretarse como una alusión doble. La más obvia, desde luego, apunta al propio Zorrilla y a su obra. La segunda, críptica, concierne a Magariños, a su trayectoria irresistible, a sus victorias literarias en dos continentes, obtenidas a pesar de lo precario de su talento poético. Bendecido por Zorrilla, elevado a posiciones que serán inalcanzables en vida para el joven Ducasse, Magariños es reducido en la obra de éste último a una sombra detrás de la sombra de Zorrilla – destino último e inapelable.

 

El interés de una posible alusión sobre Magariños va más allá de su mera inclusión críptica dentro del pasaje de Poésies. Apunta a las lecturas y al ámbito intelectual con el que Ducasse pudo estar en contacto en Uruguay.

Como se recordará, una de las posibles fuentes de los datos que Ducasse recoge en Poésies sobre Dolores Veintimilla es el folleto de Ricardo Palma intitulado Dos poetas, apuntes de mi cartera.[13] Esa publicación contiene dos artículos, el texto sobre la poeta ecuatoriana, precedido de un ensayo sobre el poeta argentino Juan María Gutiérrez. En éste último, Palma menciona expresamente a Magariños, en dos ocasiones, detallando que éste lo han ayudado con datos biográficos sobre Gutiérrez. Como se colige de tal afirmación, Magariños es buen amigo tanto de Gutiérrez como de Palma, lo que da pábulo a asumir que las publicaciones de éste último han debido hallar espacio en la biblioteca del primero, en Montevideo.

La figura de Magariños posee también interés por sus vínculos – tanto personales como familiares – con Francia y con los círculos diplomáticos uruguayos. En 1853 Magariños se halla en París, ciudad en la publica dos libros. En 1854, es nombrado secretario de la legación del Uruguay ante el gobierno francés, misión diplomática que encabezará su tío, Francisco de Borja Magariños, como Ministro Plenipotenciario del Uruguay ante ese país. En 1869, ocupa brevemente la cartera de Relaciones Exteriores del Uruguay.

Su primo Mateo es también Ministro de Relaciones Exteriores en 1854 y 1876. Ejerce, además, como Encargado de Negocios del Uruguay en París, desde octubre de 1871. Una de las hijas de Mateo, Matilde, contrae matrimonio con Louis Edouard Fernand, Conde de la Tour de Saint Igest, quien, probablemente en razón de esa relación, ejerció como Cónsul General del Uruguay en El Havre, Francia, desde 1876.

 

[1] Larbaud, Valery, Les Poésies d’Isidore Ducasse, en La Phalange, 20 Février 1914, pp. 148

[2] Notable excepción a tal suposición generalizada es aquella propuesta por Jean-Pierre Lassalle, quien sugiere que Ducasse pudo referirse a Francisco de Rojas Zorrilla, poeta español del siglo diecisiete. Lassalle, Jean-Pierre, La biblioteca del Liceo de Pau, en Lautréamont y Laforgue en Su Siglo: Texto Compuesto a Partir de Las Actas Del Coloquio Celebrado en Setiembre de 1994 en Las Ciudades de Tarbes y Pau (Francia), Centro Transcultural Confluencia Francouruguaya, Ediciones del Bichito, Montevideo, 1998, p. 272-273.  Lassalle sostiene que la mención de “les yeux sanguinaires” se comprendería entonces como una alusión a la pieza No hay ser padre siendo rey, en la que se incluyen escenas en las que se extraen ojos. Tal posibilidad, empero, debe asumirse errónea, porque implicaría una alusión sin conexión alguna con el espacio temporal del siglo establecido expresamente por Ducasse – “les douleurs invraisemblables que ce siècle s’est créées à lui-même” (énfasis añadido). Todos y cada uno de los autores mencionados por Ducasse se hallan activos dentro de tal espacio temporal. Adicionalmente, habría sido muy difícil que Ducasse se hubiese referido al poeta usando el apellido materno, Zorrilla, en lugar de aquel paterno, Rojas.

[3] Magariños Cervantes, Alejandro, Celiar, leyenda americana en variedad de metros, Establecimiento Tipográfico de D. F. de P. Mellado, Madrid, 1852.

[4] Las ilustraciones han sido ejecutadas por Vicente Urrabieta y Ortiz, notable artista.

[5] Desde inicios de diciembre de 1852, Celiar será reeditada en formato folletín en el diario madrileño La Nación. Margariños Cervantes, Alejandro, Celiar, en La Nación, Año cuarto, No. 1040, miércoles 1 de diciembre de 1852, Madrid, p. 1. El mismo diario ha editado poco antes, también en formato folletín, Caramurú, novela de Magariños, y publicará numerosas reseñas y notas admirativas respecto al autor uruguayo.

[6] Zorrilla y Moral, José, La rosa de Alejandría, leyenda, en La revista española de ambos mundos, Tomo Segundo, Establecimiento Tipográfico de Mellado, Madrid, 1854, en dos entregas, (I) p. 230, y (II) p. 354.

[7] Ídem, ibidem, p. 231

[8] Zorrilla y Moral, José, La rosa de Alejandría. Leyenda inédita, original y en verso, Establecimiento tipográfico de Don Francisco de P. Mellado, Madrid, 1857. Como se puede observar del título, existe una curiosa discrepancia: al momento de publicarse en 1857, La rosa de Alejandría no es inédita, se ha publicado ya, en la revista de Magariños, en el propio establecimiento tipográfico en el que se edita luego como libro. Esa insistencia en su carácter inédito y la desaparición del prólogo son detalles elocuentes cuyo significado exacto debe investigarse.

[9] Tavolara, José Antonio, Escritores uruguayos, El Panorama (semanario literario), No. 12, Montevideo, 24 de noviembre de 1878

[10] García Calderón, Ventura, Barbagelata, H.D., La literatura uruguaya (1757-1917), en Revue Hispanique, Tome XL, Número 97, Librarie C. Klincksieck, Paris, Juin, 1917,  p. 457

[11] Ídem, ibídem.

[12] Magariños Cervantes, Alejandro, Celiar, leyenda americana en variedad de metros, op. Cit., p. 73

[13]   Palma, Ricardo, Dos poetas, apuntes de mi cartera, Imprenta del Universo de G. Helfmann, Valparaíso,1861

Isidore Ducasse: 170 ans en 2016

In Non classé on 26/12/2015 at 14:59

CL-2016

2014 et les amis passés, présents, futurs d’Isidore Ducasse

In Non classé on 03/01/2014 at 12:22

Cahiers-Voeux-2014

Demoiselle Davezac (Jacquette Céleste)

In Non classé on 16/12/2012 at 10:47

Isidore Ducasse était né d’une femme, comme tout le monde, mais cette mère ayant disparu très tôt on tend un peu à l’oublier, au profit du Chancelier qui eut la chance, ou la malchance, de lui survivre longtemps ainsi qu’à leur fils.

Nous pouvons cependant au moins savoir à quoi elle ressemblait quand elle a fait, elle aussi, sa demande de passeport à Bordeaux le 19 novembre 1842, trois ans après François. Céleste Jacquette, avec ses 20 ans, son teint clair, son mètre soixante sept (elle était grande pour l’époque et pour la région), partait pour Montevideo avec l’intention de «travailler de son état», celui de «tailleuse en robes». Elle n’était donc pas domestique chez les Ducasse comme on l’a prétendu. Née à Sarniguet, elle demeurait au moment de sa demande au 19 rue Esprit des Lois (un bon immeuble près des quais, aujourd’hui siège d’une mutuelle des Arts et Métiers  – si la numérotation n’a pas changé depuis 1842).  Sans signes particuliers, tout était normal chez elle: nez moyen, front rond, menton rond, bouche moyenne, visage ovale. Difficile de dire de quelle couleur étaient ses yeux, peut-être clairs, de même pour ses cheveux, vraisemblablement châtains foncés. Et elle savait écrire, au moins son nom:

Céleste-signature

Il est vrai que François était sans doute celui qui le lui avait appris lors de son passage comme instituteur à Sarniguet. Elle ne devait pas avoir beaucoup changé quand elle a donné naissance à Isidore, en avril 1846. Il lui restait moins de deux ans à vivre.

Davezac-Jacquette-Célestehttp://bit.ly/T0srKk

Michel Pierssens

D’un piège à rats perpétuel

In Non classé on 11/12/2012 at 20:59

Jean-Pierre Goldenstein

Contribution à la relance numérique

des études maldororiennes[1]

 

 

Montaigne, en son temps, a écrit sur les interprétations des interprétations des propos qui n’ont pas pris une ride[2]. Pour lui, « nous ne faisons que nous entregloser. » La plus récente édition des Œuvres complètes de Lautréamont[3] – entendre : Lautréamont-Ducasse – s’inscrit dans cette tradition bien établie de l’entreglose à laquelle je n’échapperai pas moi non plus. Je voudrais toutefois, en me plaçant sur un terrain méthodologique relativement nouveau, montrer combien les ressources mises à notre disposition par le récent développement de la micro-informatique s’avèrent à la fois prometteuses et déceptives en matière d’édition – et donc de lecture − de textes. Ou, pour filer la métaphore lautréamontienne, comment l’ordinateur se transforme rapidement en « piège à rats perpétuel, toujours retendu par l’animal pris, qui peut prendre seul des rongeurs indéfiniment, et fonctionner même caché sous la paille » (Les Chants de Maldoror, VI, 227). Bien sûr, on le verra, le danger est grand de succomber au fameux mirage des sources opportunément dénoncé jadis par Maurice Blanchot[4]. Bien sûr, le lecteur-rat risque constamment d’être pris à son propre piège et de se contenter de « ramener le texte envisagé en partie (ou, si c’était possible, dans sa totalité) à ce qui n’est pas lui »[5]. Il ne s’agit pas de revenir s’abreuver benoîtement à la source des mirages – source, on le sait, intarissable – à la façon, pour le meilleur, de Gustave Lanson et, pour le pire, de son disciple Gustave Rudler. Mais nous n’acceptons pas non plus de nous soumettre au noli me tangere des surréalistes ou au culte, inverse et complice, de l’immanence intégrale très en vogue naguère dans la revue Tel Quel et chez les textualistes de tout poil. Que l’on n’ait jamais fini d’apprendre à lire, notre expérience personnelle nous en fournit des exemples quotidiens. Nous chercherons pour notre part à respecter le plus possible le compte tenu des mots, pris en eux-mêmes ici, inscrits, là, dans un réseau de relations textuelles, culturelles, historiques, conjoncturelles. Dans ce domaine, le micro-ordinateur est un outil précieux au service  de la lecture littéraire des textes. Il ne constitue nullement une quelconque panacée mais permet une relance de l’entreglose comme je le montrerai à partir d’une utilisation raisonnée de la bibliothèque numérique de plus en plus importante mise à la disposition de tous par Google Livres.

I. − FAUX ESPOIRS, VÉRITABLES APPORTS

Soit, à partir de Google Livres donc, une première recherche exploratoire concernant d’hypothétiques mentions de Maldoror avant 1870. Ces sondages préalables représentent le type même des faux espoirs liés à la recherche assistée par ordinateur. Après avoir ouvert le site en tapant l’adresse http://books.google.fr/ dans le navigateur, il suffit de cliquer sur « recherche avancée de livres » pour que l’écran de recherche s’affiche. Nous formulons la requête : « expression exacte » = Maldoror ; « afficher les pages écrites en » =  français ; « afficher du contenu publié entre » = 1870. Les premiers résultats, il faut bien le reconnaître, restent dans l’ensemble assez décevants. Internet offre certes un accès direct à la notule d’Asselineau reproduite dans la Pléiade (321-322) mais elle était déjà connue de longue date. La machine fait régulièrement naître de faux espoirs comme ce renvoi prometteur à  l’ouvrage d’Antoine Jean Letronne La statue vocale de Memnon considérée dans ses rapports avec l’Égypte et la Grèce (Paris, Imprimerie royale, 1833, 274 p.) Les « inscriptions grecques et latines recueillies par Salt dans les syringes de Thèbes » qui figurent  dans un appendice (241 sq.) contiennent un « index des noms propres qui se trouvent dans les inscriptions ». Cet index renvoie, p. 267, à Maldoror par le biais d’une référence, en grec. Vérification faite, la forme /Maldoror/ est signalée par la machine par erreur. Cette sorte de coquille informatique, sans doute due à une défaillance de la reconnaissance optique des caractères, fait naître bien des espoirs chez un chercheur, momentanément fébrile, qui doit rapidement en rabattre. Il en va de même avec l’Histoire de la découverte et de la conquête du Pérou,  traduite de l’espagnol, d’Augustin de Zarate, par S. D. C., tome premier (A Amsterdam, chez J. Louis de Lorme, 1700). Il y est question, p. 84, d’un certain François Maldoror qui, vérification faite, s’appelait François Maldonat… Dans d’autres cas, les textes cités contiennent bien /Maldoror/ mais sortent de l’empan chronologique fixé (1870) et convoquent, par exemple, un extrait des Œuvres libres de 1922 sans rapport avec la formulation initiale de la requête.

On le voit, l’outil informatique appelle une utilisation prudente et nécessite un esprit critique de tous les instants de la part de l’utilisateur. Il n’en reste pas moins susceptible d’exhumer parfois des nouveautés totalement inconnues qui ont échappé jusque là à la sagacité de générations de lecteurs. Qu’on en juge. A côté des difficultés et des déceptions liées au traitement du présent sondage inaugural apparaissent les lignes suivantes :

 Revue de l’instruction publique de la littérature et des sciences… − Page 183, 1869 – Afficher la publication en entier.

Les Chants de Maldoror. Chant premier, par ***, Paris, 1868. Nous attendrons, pour parler plus amplement de ce poème, que le deuxième chant ait paru. Cette nature essentiellement mauvaise, qui est en nous préexistant à l’individu,

 L’affichage intégral de la publication renvoie à un long compte rendu, rédigé par un certain F. Rabbe, du Problème du mal d’Ernest Naville publié dans le n° 12 du 17 juin 1869 de la Revue de l’instruction publique de la littérature et des sciences en France et dans les pays étrangers, pp. 181-184. Je ne reproduirai pas ici, pour des raisons évidentes de place, l’intégralité de ce texte que le lecteur intéressé peut consulter sans peine à l’adresse :

http://books.google.fr/books?id=kq8hfj8lZzcC&pg=PA183&dq=Maldoror&hl=fr&sa=X&ei=HDVoTawOcfD0QXXmeDuCA&ved=0CGMQ6AEwBw#v=onepage&q=Maldoror&f=false

F. Rabbe voit en  Naville « un croyant convaincu et fervent » caractéristique du courant protestant libéral. Il dit son attente de « quelque lumière nouvelle, quelques vues originales et fécondes » dans le traitement d’une question morale centrale. Or, il doit bien le reconnaître : « Quelque effort que fasse M. Naville pour rester sur le terrain de la raison et de la science, pour ne pas sortir du monde des faits et de l’expérience, toutes ses recherches et ses démonstrations sont inspirées et dominées par une théorie métaphysique et cosmologique qui lui dicte ses solutions et sa méthode ». Le passage qui retient surtout notre attention est le suivant :

[…] M. Naville est de l’avis de J. J. Rousseau, « qu’il n’est point d’homme, si honnête qu’il soit, s’il suivait toujours ce que son cœur lui dicte, qui ne devînt en peu de temps le dernier des scélérats. » Le mal, d’après lui, est inhérent, essentiel à la nature humaine, il ne désavouerait pas la sombre et cruelle peinture qu’a essayée tout récemment du génie du mal dans l’humanité un poëte en prose, qui laisse bien loin derrière lui, pour l’énergie sauvage, la crudité des tableaux, l’exagération des couleurs, tous les peintres de l’enfer et du mal2 […].

 2. Les Chants de Maldoror. Chant premier, par ***, Paris, 1868. Nous attendrons, pour parler plus amplement de ce poëme, que le deuxième chant ait paru.

Ces quelques lignes constituent la seconde trace, inconnue à ce jour, de réaction critique suscitée par la publication anonyme du Chant premier des Chants de Maldoror après la notule signée ÉPISTÉMON dans le n° 5 de La Jeunesse de septembre 1868. L’intérêt des quelques lignes de F. Rabbe n’est pas seulement d’ordre chronologique. Le rédacteur, on l’aura sans doute remarqué, reconnaît dans l’auteur anonyme du Chant premier « un poëte en prose » qui surclasse d’emblée les différents chantres du mal dont nous savons par ailleurs qu’il s’est abondamment nourri. Rabbe et Ducasse se connaissaient-ils personnellement ? Il est actuellement impossible de répondre à cette question qui nous permettrait de juger de la sincérité ou de la complaisance du critique à l’égard de la production de ***. Le jugement qu’il porte sur le texte qu’il découvre entre littéralement en écho avec les propos du narrateur à la fin du Chant premier : « Ne soyez pas sévère pour celui qui ne fait encore qu’essayer sa lyre : elle rend un son si étrange ! Cependant, si vous voulez être impartial, vous reconnaîtrez déjà une empreinte forte, au milieu des imperfections. » De même, la position du critique (« Nous attendrons, pour parler plus amplement de ce poëme, que le deuxième chant ait paru ») répond-elle au projet déclaré de l’auteur (« Quant à moi, je vais me remettre au travail, pour faire paraître un deuxième chant, dans un laps de temps qui ne soit pas trop retardé »).

Rappelons les grandes lignes du contexte afin de mettre en perspective les propos de F. Rabbe. Dans le courant du mois d’août 1868 paraît le Chant premier des Chants de Maldoror par *** (Imprimerie Balitout, Questroy et Cie). La première et unique réaction critique connue à ce jour est celle d’« Épistémon » mentionnée plus haut. Dans sa lettre du 9 novembre 1868 à un critique dont on ignore l’identité, Isidore Ducasse fournit quelques indications éditoriales concernant la publication de sa « brochure ». Le Chant premier est paru avec quelque retard et Ducasse apporte une précision : « Je dois publier le 2e chant à la fin de ce mois-ci [novembre] chez Lacroix. » (Pléiade, 301). La note de F. Rabbe dans son article sur Naville va dans le même sens. On peut raisonnablement  imaginer qu’il avait reçu le même type de billet que ce critique inconnu. Nous savons en effet par sa lettre à Victor Hugo du 10 novembre 1868 (Pléiade, 302) que Ducasse avait écrit à une vingtaine de critiques dans l’espoir que ces derniers parleraient de son œuvre naissante. Il a remis à Lacroix le manuscrit du 2e Chant vers la mi-septembre pour que les deux premiers chants paraissent ensemble – projet qui n’a finalement pas eu de suite. En fait, il publiera, toujours de façon anonyme, une nouvelle édition du premier Chant, dans le recueil bordelais publié par Évariste Carrance à compte d’auteur, Les Parfums de l’âme. L’édition originale des Chants de Maldoror ne sortira jamais en librairie du vivant de l’auteur qui souhaite « que le service de la critique soit fait aux principaux lundistes » (lettre à Auguste Poulet-Malassis, 23 octobre [1869] (Pléiade, 306) et qui parle au même correspondant, quatre jours plus tard (Pléiade, 307) de l’ouvrage d’Ernest Naville Le Problème du mal qui pourrait selon lui aider à mieux faire connaître ses propres publications.

Revenons au compte rendu de F. Rabbe du livre de Naville précisément. Rabbe fait-il partie des « principaux lundistes » que Ducasse cherchait à atteindre ? On peut légitimement en douter. L’abbé Félix Rabbe (1840-1900),  licencié ès-lettres, ancien professeur de Rhétorique, a publié des études philosophiques sur l’abbé Simon Foucher, chanoine de la Sainte-Chapelle de Dijon (1867),  sur le Père Hyacinthe et le libéralisme clérical (1869), sur une société secrète catholique au XVIIe siècle (1899), ainsi que diverses traductions de l’anglais (Marlowe, Poe, Shelley) et des essais ayant trait à l’Angleterre, son histoire, sa littérature. Ducasse lui avait-il personnellement envoyé sa plaquette ? Avait-il fait expédier sa « brochure » à la revue qui a ensuite confié le fascicule à Rabbe ? Là encore, il est impossible de répondre à ce genre de question. Tout au plus la mention du Chant premier dans le compte rendu de Rabbe confirme-t-elle le désir du jeune homme d’être intégré dans la sphère des producteurs littéraires et bat-elle en brèche la vision d’un apprenti auteur totalement désincarné qu’a cherché à imposer la doxa surréaliste. Le support de publication ne saurait lui non plus rivaliser avec les grands journaux ou les grandes revues de l’époque : La Presse, la Revue des Deux Mondes, le Journal des Débats, Le Constitutionnel, Le Moniteur, Le Temps… La Revue de l’instruction publique [puis : de l’instruction publique, de la littérature, des beaux-arts, et des sciences] en France et dans les pays étrangers, avril 1842-septembre 1870 (I-XXX), Paris, L. Hachette, in-fol., est une publication hebdomadaire qui informe principalement le corps enseignant de l’évolution de l’Institution (nominations, arrêtés, etc.), des publications nouvelles (analyses et comptes rendus), de la vie académique (soutenances de thèse, examens, concours, etc.).  Nous trouverons plus d’une fois sur notre chemin ce genre de perplexités lorsque nous exposerons nos réflexions sur des points liés à la matérialité même des textes de Lautréamont-Ducasse ou sur un certain nombre d’hypothèses dont quelques-unes emporteront – espérons-le −  l’adhésion du lecteur quand d’autres déchaîneront chez lui les kanguroos implacables du rire.

II. − ORTHOGRAPHE, GRAPHIES, COQUILLES

On le sait, il n’existe à l’heure actuelle aucun manuscrit connu des œuvres de Lautréamont-Ducasse. Dans l’édition que j’ai procurée il y a une bonne vingtaine d’années maintenant, j’invitais le lecteur informé et de bonne foi à se garder d’une attitude normative a priori basée sur la seule connaissance de nos critères actuels. Je rappelais qu’une langue évolue et que l’on aurait tort d’oublier cette vérité d’évidence. A l’époque, une lecture assidue des dictionnaires de Bescherelle et de Littré m’avait permis de repérer certaines leçons parfaitement correctes là où la plupart des commentateurs ne voyaient que des maladresses, voire de franches erreurs. L’outil informatique, nous allons le voir à présent, invite à nuancer encore plus les remarques que l’on serait tenté de faire à propos de prétendues coquilles, de graphies qui nous paraissent curieuses, de « fautes » d’orthographe qui n’ont rien de fautives[6].

2.1. Axiôme/axiome

axiome

axiomes

axiômes

Ch. II, 7 (Pl. 91) Ch. II, 10 (Pl. 103) P. I (Pl. 263 ; orthographié sans accent)
Ch. IV, 2 (Pl. 160) P. I (Pl. 271 ; orthographié sans accent)
Ch ; V, 1 (Pl. 191) Ch ; V, 1 (Pl. 191)

Google Livres permet d’accéder à des milliers d’occurrences d’axiôme comme d’axiômes, du XVIIIe au XIXe siècle, principalement dans des essais philosophiques, des précis et des cours de philosophie, des discours et dictionnaires politiques, essais sur les principes fondamentaux de la géométrie, etc.

Exemple : « Verser le blâme et le ridicule sur ces axiômes sacrés, les travestir sous les noms de servitude et d’idolâtrie, c’est violer toutes les lois divines et humaines. »  M. N. S. Guillon, Histoire de la nouvelle hérésie du XIXe siècle, t. III, Paris, Méquignon, 1835, p. 266.

2.2. Stygmate[s], sphynx et autre sphyncter

 

Stygmate

stygmates

Ch. I, 12, 2 occurrences  (Pl. 67) Ch. III, 5 (Pl. 150)

Là encore, on trouve des milliers d’emplois de stygmate[s] attestés entre le XVIIIe et le XIXe siècles dans le contexte religieux, médical, des sciences naturelles comme de la botanique.

Exemples : * STYGMATES. sub. m. pl. Marques de plaies. On s’en sert rarement. On dit cependant en style familier, d’une personne qui a les marques rouges et récentes de la petite vérole, qu’elle en porte encore les stygmates. On dit de même, Les stygmates de la justice, pour dire, Les marques de fers rouges imprimés sur l’épaule des voleurs.

* On dit, Les stygmates de saint François, en parlant de la représentation de ce saint, portant aux mains, aux pieds, au côté, des marques semblables à celles des cinq plaies de Jésus-Christ.

* En termes de botanique, on appelle Stygmate, l’extrémité glandulaire ou glanduleuse du style.

* STYGMATIQUE. adj. des deux g. Terme de botanique. Qui appartient, qui est relatif au stygmate.

* STYGMATISÉ , ÉE. adj. Qui porte des stygmates.

Dictionnaire de l’académie Françoise, t. II, 1802, p. 680.

XXXVIII

Dans l’histoire, les exemples fourmillent. Qui ne connaît le lamentable naufrage du chancelier Bacon qui engloutit, quoi ? Ses biens ? Qu’est-ce cela pour un génie de cette taille ? Son honneur, sa dignité, son intégrité.

Pourquoi faut-il qu’un stygmate judiciaire souille la couronne de l’auteur de l’Instauratio magna ?

Je le répète, les annales des peuples sont pleines de ces désastres bien plus tristes pour le penseur que la perte d’une bataille rangée.

Jean Fontaine, La vérité sur le congrès des étudiants, Liège, Imprimerie de L. de Thier & F. Lovinfosse, 1866, p. 24-25.

Les mots « sphyncter » (Chant V, 5 ; Pl. 205) et « sphynx » (Chant III, 1 ; Pl. 132) appellent les mêmes remarques. L’édition de la Pléiade (n. 6, p. 651) relève bien la variation orthographique mais, le commentaire :

« Le mot « sphincter » (tout comme le mot « sphinx », p. 132) ne prend pas d’y. Ducasse transforme l’orthographe admise. »

laisse à penser que seul Ducasse – par un trait stylistique singulier propre à son écriture – pratiquerait cette déviation de la norme. Il n’en est rien. On trouve ces graphies dans diverses publications au XIXe siècle : traités d’anatomie, revues médicales, dictionnaires de médecine, manuels d’anatomie chirurgicale… Google Livres répertorie plus de 600 résultats pour « sphyncter » et plus de  13 000 pour « sphynx ». Le premier terme se trouve principalement dans des publications médicales (dictionnaires de médecine, journal de médecine et de chirurgie, gazette des hôpitaux, etc.), le second en histoire naturelle et, essentiellement, pour désigner des papillons.

2.3. Nœud compacte et hyéroglyphes

 

L’éditeur en revanche a parfaitement raison de noter  à propos du « nœud compacte de matière » du chant II, 9  (Pl. 100) :

« “ Compacte ” ainsi orthographié au masculin est encore recommandé par Littré qui le préfère à “ compact ”. » (n. 11, p. 634).

Ce qui pourrait à nos yeux passer pour une coquille relève en fait d’un emploi attesté qui apparaît, par exemple, dans cet extrait des Annales de Thérapeutique médicale et chirurgicale et de toxicologie, publiées par M. le docteur Rognetta, tome troisième, Paris, Lacour, 1845-46, p. 19 :

« […] en dernier lieu elle [la tumeur], se présentait comme un nœud compacte, formé par les parois racoquillées du kyste ; aujourd’hui, ce nœud a disparu lui-même [… ] »

De la même façon, le passage suivant :

Aux époques antiques et dans les temps modernes, plus d’une grande imagination humaine vit son génie, épouvanté, à la contemplation de vos figures symboliques tracées sur le papier brûlant, comme autant de signes mystérieux, vivants d’une haleine latente, que ne comprend pas le vulgaire profane et qui n’étaient que la révélation éclatante d’axiomes et d’hyéroglyphes éternels, qui ont existé avant l’univers et qui se maintiendront après lui.  (Chant II, 10, 102-103)

appelle bien la note 5 de la page 634 : « Le mot doit s’écrire “ hiéroglyphes ”, mais la graphie “ hyéroglyphes ” est citée par Féraud dans son Dictionnaire (1787-1788). » On se gardera bien en revanche de prendre cette graphie comme une sorte d’hapax terminologique. Google Livres fournit plus de 1500 exemples d’emplois du terme « hyéroglyphe[s]s » entre les XVIIIe et XIXe siècles dans des publications ayant trait à l’Égypte bien sûr, essai sur les hyéroglyphes égyptiens, récits de voyage, réflexion sur cette forme particulière d’écriture,  mais on le trouve également utilisé par Charles Fourier dans sa  Théorie des quatre mouvemens et des destinées générales (1808).

2.4. Néologismes

             Le recours à des corpus importants s’avère précieux pour traiter des néologismes, ou des prétendus néologismes, d’un auteur. Dans ce domaine, le commentateur est particulièrement soumis à son propre sentiment de la langue, sentiment qui – malheureusement – ne présente, en soi, aucune valeur de vérité. Dans la première strophe du Chant III (Pl. 134) nous lisons :

«Oui, je sens que mon âme est cadenacée dans le verroux de mon corps, et qu’elle ne peut se dégager, pour fuir loin des rivages que frappe la mer humaine, et n’être plus témoin du spectacle de la meute livide des malheurs, poursuivant sans relâche, à travers les fondrières et les gouffres de l’abattement immense, les isards humains. »

Jean-Luc Steinmetz écrit à ce propos (Pl. 639, n. 18) : « Ces graphies (“ cadenacée ”, “ verroux ”), qui ne semblent pas attestées, sont sans doute de l’invention de Ducasse. » La modalisation ici (ne semblent pas, sans doute) est de mise car aucun des deux termes ne relève d’un quelconque néologisme. Google Livres propose plus de 100 résultats concernant « cadenacée » à partir de textes des XVIIe et XVIIIe siècles dans des domaines très variés. On en trouve également au XIXe siècle, notamment dans des traductions françaises des Œuvres de Walter Scott.

Exemple : Il y eut un nouveau silence de crainte et d’incertitude qui fut enfin rompu par le bailli Craigdallie qui, lançant à l’orateur un regard très-significatif, répliqua : « Vous avez confiance dans votre excellent pourpoint, voisin Smith, ou vous parleriez moins hardiment. − J’ai confiance dans le cœur que recouvre mon pourpoint, tel qu’il est, bailli, » répondit l’intrépide Henri ; « et quoique je ne parle que peu, jamais ma bouche ne sera cadenacée par un de ces nobles, quel qu’il soit. »

Walter Scott, Le Jour de Saint-Valentin, traduction de M. Albert Montémont, Paris, Menard, 1837, p. 81.

La forme « le verroux », au singulier, apparaît quant à elle dans « environ 182 résultats » dans des ouvrages encyclopédiques concernant les arts et métiers mécaniques bien entendu (Encyclopédie de Diderot, 1777, vol. 9, p. 851 : « L’ufage des crampons à pointe ou patte, c’est de recevoir le verroux des targettes aux croisées, portes ou armoires, de même que les verroux à ressort &c. »), dans de nombreux textes libertins où l’on tire systématiquement « le verroux » et jusqu’à des romans, en plein XIXe siècle, comme Le pauvre diable de Roger de Beauvoir (1860, p. 118) : « Elle entendit tirer le verroux de sa chambre et le pas des sentinelles ébranler le pavé des guichets. »

Tout ceci, on le voit, invite le commentateur à une sage prudence et devrait l’inciter à ne pas se priver des ressources actuellement offertes par l’informatique. Lorsque Ducasse écrit : « Depuis ce temps, j’ai vu plusieurs générations humaines élever, le matin, ses ailes et ses yeux, vers l’espace, avec la joie inexpériente  de la chrysalide qui salue sa dernière métamorphose, et mourir, le soir, avant le coucher du soleil, la tête courbée, comme des fleurs fanées que balance le sifflement plaintif du vent. » (Ch. II, 10, Pl. 104), il ne s’agit nullement d’un « apparent néologisme créé par Ducasse » (Pl. 635, n. 9) − qui n’ignore pas par ailleurs la forme « inexpérimenté » utilisée dans le Chant sixième (Pl. 225). Google Livres fournit plus de 120 emplois de cette nature dans des textes des XVIIIe et XIXe siècles (Mercure de France, Revue de Paris, Revue des deux mondes) où l’adjectif se trouve fréquemment associé à la jeune fille ignorante de l’amour au point de pouvoir passer pour un véritable poncif. Balzac l’emploie dans La Femme de trente ans, dans Une fille d’Eve. On le rencontre également dans des essais historiques, philosophiques.

Exemple : « Cette nouvelle situation dura quelques mois ; et, chose étrange ! entre ces deux femmes, l’une au début de la vie, l’autre à son déclin ; l’une naïve encore et inexpériente comme un enfant, l’autre revenue de toutes choses en ce monde, il s’établit une sympathie singulière. » Claude Vignon, Victoire NormandLe Correspondant, nouvelle série, tome seizième, Paris, Charles Douniol, 1861, p. 590.

2.5. Hispanismes

− Voilà donc un de tes camarades qui te rendrait malheureux toute ta vie ; car, voyant que ta haine n’est que passive, il ne continuera pas moins de se narguer de toi, et de te causer du mal impunément. (Chant II, 6, Pl. 87)

«Ô pou, à la prunelle recroquevillée, […] tant que l’homme méconnaîtra son créateur, et se narguera de lui, non sans raison, en y mêlant du mépris, ton règne sera assuré sur l’univers, et ta dynastie étendra ses anneaux de siècle en siècle.» (Chant II, 9, Pl. 99)

Ces deux passages du Chant deuxième présentent la particularité d’utiliser la construction « se narguer de … ». Dans mon lexique des Chants de Maldoror (PP, 407-436), l’entrée « NARGUER » proposait : « Espagnolisme possible pour : burlarse de ti. [voir « mets-te le »], cette dernière expression étant commentée ainsi : « Ce type de construction fautive aux yeux de la norme grammaticale, et on en relève plusieurs dans Les Chants de Maldoror, offre aux sarcasmes des commentateurs une pièce de choix. Robert Faurisson (A-t-on lu Lautréamont ?, p. 96) ironise : « Les énormités syntaxiques ne sont pas pour effrayer notre solennel imbécile. » Il nous semble plus intéressant de rappeler, ce qu’on a longtemps oublié ou négligé, le bilinguisme d’Isidore Ducasse qui a passé plus de la moitié de sa vie en Uruguay. Leyla Perrone-Moisés et Emir Rodriguez Monegal (« Isidore Ducasse et la rhétorique espagnole », Poétique, n° 55, septembre 1983, pp. 351-377) notent, p. 373, que « plusieurs fautes de Ducasse sont des espagnolismes ». Le présent exemple traduit littéralement l’espagnol métetelo en la cabeza. Les mêmes auteurs proposent de lire des hispanismes dans d’autres « fautes » de Ducasse [voir « commencement », « commet », « corps », « écarté », « narguer », « rappelle-toi le bien », « respirant », « yeux »]. L’utilisation de la micro-informatique m’invite à nuancer aujourd’hui les propos tenus. On trouve en effet chez Napoléon Landais (Dictionnaire général et grammatical des dictionnaires français, tome second, H-Z, Paris, Didier, 1854, p. 247) mention de l’emploi pronominal du verbe « narguer »: « NARGUER, v. act. (nargué), faire nargue à…, braver avec mépris. Fam. – se NARGUER v. pron., se moquer l’un de l’autre, se tourner en ridicule. » De la même façon, il n’y a nul besoin de convoquer un espagnolisme possible (PP, 413) pour justifier la construction « dans le commencement de cet ouvrage »  dans « Lecteur, c’est peut-être la haine que tu veux que j’invoque dans le commencement de cet ouvrage !  » (Ch. I, 2, Pl. 40). Google Livres fournit de nombreux emplois de la tournure dès le XVIIe siècle. Il en va de même pour le « rappelle-toi-le bien » du Chant I (p. 66) : « Fossoyeur, pourquoi pleures-tu ? Pourquoi ces larmes, pareilles à celles d’une femme ? Rappelle-toi-le bien ; nous sommes sur ce vaisseau démâté pour souffrir. » Il me semble donc aujourd’hui à la fois indispensable de tenir compte et du bilinguisme d’Isidore Ducasse et des autres outils d’exploration désormais à notre disposition. Faute de quoi, le risque est grand de traquer l’hispanisme comme on a traqué jadis les « sources ». Sans plus de succès. Et réciproquement.

III. − PRÉCISIONS, HYPOTHÈSES, PERPLEXITÉS

             3.1. Beau comme : le retour

             Parmi les passages les plus célèbres dus à la plume d’Isidore Ducasse, ceux également qui ont remarquablement résisté à l’usure du temps et de l’accoutumance, figurent les énoncés, que l’on désigne volontiers sous le nom des « beau comme », dans lesquels l’auteur construit une comparaison fondée sur le rapprochement de deux réalités extrêmement éloignées arbitrairement réunies par un acte d’écriture. Henri Béhar a expliqué[7] comment il avait été amené à convoquer Helmholtz à partir de l’une de ces formules : « […] et je me trouve beau ! […] comme la vérité qui suit : « Le système des gammes, des modes et de leur enchaînement harmonique ne repose pas sur des lois naturelles invariables, mais il est, au contraire, la conséquence de principes esthétiques qui ont varié avec le développement progressif de l’humanité, et qui varieront encore ; »  et surtout, comme une corvette cuirassée à tourelles ! Oui, je maintiens l’exactitude de mon assertion. » (Ch. VI, IV, Pl. 238). Sa démarche se situait à la croisée d’une réflexion de nature théorique sur les phénomènes de réécriture et de ce hasard que d’aucuns qualifieraient d’« objectif ». Ce n’est pas diminuer le mérite de Jean-Jacques Lefrère que de supposer qu’il doit, quant à lui, avant tout au fortuit d’avoir exhumé  l’hypotexte du « beau comme un mémoire sur la courbe que décrit un chien en courant après son maître »[8]  (Ch. V, 2, Pl. 197). La machine fournit ici de nombreuses réponses documentaires mises au service de l’analyste. Les progrès dans ce domaine sont extrêmement rapides et le texte numérisé fait alors véritablement figure d’anti-hasard. Je n’entrerai pas ici dans des détails qui seraient très longs à exposer. Disons simplement que Google Livres fournit une bonne cinquantaine de résultats et mentionne la présence de la brochure utilisée par Ducasse dans des ouvrages très variés publiés entre 1828 et 1862. Les renseignements fournis donnent une autre dimension à ce qui peut sinon passer pour un simple canular ponctuel de polytechnicien. Non seulement les bibliographies répertorient le mémoire de Duboys Aymé (ou Boysaymé) – ce qui est bien le moindre −, mais le problème posé sort de la sphère de la seule plaisanterie :

— Nous avons reçu un mémoire de M. Du Boisaymé, sur la courbe que décrit un chien en courant après son maître. La plupart de nos lecteurs se rappelleront sans doute les détails de ce problème curieux, qui déjà ont été insérés dans le deuxième vol. de la Correspondance sur l’École Polytechnique.[…] Nous ne voulons point préjuger sur l’utilité dont peuvent être de pareilles recherches ; l’histoire des sciences ne nous montre que trop d’exemples de questions qui avaient paru d’abord stériles et qui ont ensuite obtenu les applications les plus heureuses.

« Correspondance et nouvelles scientifiques », Correspondance mathématique et physique … publiée par Jean Guillaume Garnier, Adolphe Quetelet, vol. 5, Bruxelles, M. Hayez, 1829, p. 279.

Il figure dans les catalogues de bibliothèques dispersées après décès, se retrouve dans  les Nouvelles annales de mathématiques. Journal des candidats aux écoles Polytechnique et Normale : rédigé par M. Terquem, et M. Gerono, tome huitième, Paris, Bachelier imprimeur-libraire, 1849, fait même l’objet d’une mention dans la séance publique annuelle des cinq Académies de l’Institut impérial de France publiée dans Revue de l’instruction publique de la littérature et des sciences en France et dans les pays étrangers, n° 21, 20 août 1857, p. 310-312. C’est précisément, on l’aura remarqué, la revue dans laquelle F. Rabbe publiera douze ans plus tard son compte rendu du Problème du mal d’Ernest Naville, revue dont il a été question plus haut.  Le signataire, E. Hervé, est en verve :

« M. Viennet, auteur des spirituelles fables que vous connaissez, a pour mission d’égayer un peu la cérémonie. Quand on arrive à cette oasis poétique en sortant d’un mémoire sur les monnaies des Celtes ou d’un traité sur la cynoide (la courbe que décrit un chien en suivant son maître), vous comprenez comme on bénit M. Viennet ; n’eût-il pas tout l’esprit qu’il a, il serait sûr de recueillir les plus frénétiques bravos et les plus charmants sourires. »

Cette courbe canine se retrouve des années plus tard encore dans les Mémoires de l’Académie impériale de Metz (« Notice sur M. le colonel Gosselin » par M. Susane, XLIIIe année, 1861-1862, Metz, Rousseau-Pallez, 1862, p. 243) :

[…] Les vieillards reviennent volontiers aux souvenirs de leur jeunesse. Arrivé au bout de sa carrière, et tournant le dos à un avenir qui n’avait plus rien d’attrayant, Gosselin, remontant à son beau temps de l’École polytechnique, se ressouvint un jour d’une curiosité scientifique, offerte en 1809 au monde savant par M. Dubois-Aimé, et qui était restée sans solution satisfaisante. Il s’agissait de trouver l’équation de la courbe décrite par un chien qui, s’étant éloigné de son maître, cherche à le rejoindre. Un être illuminé par l’intelligence apprécierait en pareil cas la position du point où le maître doit arriver dans le temps nécessaire pour être rattrapé, et il marcherait en ligne droite sur ce point. L’instinct du chien n’admet pas un pareil calcul ; l’animal a toujours l’œil fixé sur son maître ; il doit à chaque instant changer de direction, et par conséquent décrire une courbe. […]

« Le domaine des recherches sur l’origine des beau comme des Chants est étendu. Il correspond à tout ce qui s’est imprimé avant 1870 en français et en espagnol » écrivait Jean-Jacques Lefrère[9] qui souhaitait bien du plaisir aux « valeureux Ducassiens » confrontés à un Himalaya encyclopédique digne de Bouvard et de Pécuchet. La bibliothèque universelle n’est certes pas encore disponible comme on pourrait le rêver. Nous disposons toutefois à présent de suffisamment de ressources numérisées pour que des recherches systématiques soient entreprises et, souvent, menées à bien. Dans la série des « beau comme », je ne dirai rien de Helmholtz et de son « système des gammes, des modes et de leur enchaînement harmonique ». Michel Pierssens[10] a complété le travail d’Henri Béhar. J’ignore comment il a mené sa recherche et combien de temps lui a été nécessaire pour découvrir le n° 29 du 20 juin 1868 de la Revue des cours littéraires de la France et de l’étranger. La machine m’y avait conduit en quelques secondes. D’autres exemples illustreront les démarches qu’elle autorise désormais.

« Je me connais à lire l’âge dans les lignes physiognomoniques du front : il a seize ans et quatre mois ! Il est beau comme la rétractilité des serres des oiseaux rapaces ; ou encore, comme l’incertitude des mouvements musculaires dans les plaies des parties molles de la région cervicale postérieure […] » (Chant VI, I, Pl. 227)

L’interrogation portant sur le groupe « incertitude des mouvements musculaires dans les plaies des parties molles de la région cervicale postérieure » ne fournit qu’une seule réponse à l’heure où la recherche a été menée. Le collage provient du réaménagement d’un « Rapport sur les progrès de la chirurgie », par Charles Denonvilliers, Auguste Nélaton, Alfred Velpeau, Félix Guyon, Léon Labbé, Ministère de l’instruction publique, Paris, Imprimerie impériale, 1867, p. 310 :

[…] Dans certains cas de plaie en travers des parties molles de la région cervicale postérieure, on peut voir survenir chez les animaux des phénomènes très-singuliers, tels que titubation, flexion de la  tête en avant et incertitude des mouvements musculaires. […]

La description du paraphimosis du Chant V, 1 (Pl. 192) pourrait, elle, bien provenir d’une autre publication médicale :

« Un enfant, âgé de 16 mois, entrait le 14 octobre au numéro 7 bis de la salle Sainte-Julie. Chétif, mal soigné en nourrice ; il a repris un peu de force depuis quelques mois qu’il est soigné par sa mère. Elle l’amène à l’hôpital pour le faire traiter d’une ascite légère qu’il a conservée.

Une diarrhée assez intense, causée sans doute par le changement d’habitudes et de nourriture est heureusement combattue par le régime et des moyens convenables.

Le 26 octobre on nous avertit que la verge de l’enfant est considérablement tuméfiée, nous constatons un paraphymosis.− Le prépuce est fortement renversé en arrière du gland. La muqueuse est rouge et tuméfiée. Elle forme en arrière de la couronne du gland un-très gros bourrelet. Quelques excoriations se distinguent nettement à sa surface, et auprès d’elles, sur des points évidemment dénudés de l’épithélium, on remarque plusieurs plaques blanches irrégulières, peu saillantes au-dessus de la muqueuse, et qui ont tous les caractères du muguet.

La réduction, des soins hygiéniques, amenèrent une guérison rapide. »

Travaux originaux, maladies des enfants : « Du muguet chez les enfants à la mamelle » par MM. A. TROUSSEAU, professeur de thérapeutique à la Faculté de médecine de Paris et A. DELPECH, ancien interne de l’hôpital Necker,   Revue médico-chirurgicale de Paris,  janvier 1845, p. 8.

Ajoutons un dernier mot sur « […] il me paraissait beau comme les deux longs filaments tentaculiformes d’un insecte ; ou plutôt, comme une inhumation précipitée ; ou encore, comme la loi de la reconstitution des organes mutilés […] » (Ch. V, 2 Pl. 194). Henri Milne-Edwards dans son Rapport sur les progrès récents des sciences zoologiques en France (Paris, Imprimerie impériale, 1867, pp. 61-62) rend compte des « recherches de M. Philipeaux sur la reconstitution des organes mutilés ».  Ce même ouvrage, de 1867, parle également des travaux de Paul Bert[11] qui est parvenu à « greffer sur le dos d’un rat vivant la queue détachée du corps d’un autre rat » (p. 54), des expériences de Spallanzani, de Doyère et de beaucoup d’autres savants qui ont montré que des êtres vivants morts en apparence ne l’étaient pas en réalité (p. 55). Remarquons à ce propos que le beau comme une « inhumation précipitée » qui figure dans le même passage apparaît non seulement comme un fantasme – bien connu −  d’enterré vivant mais s’inscrit dans le débat scientifique du temps. Pour ne rien dire de la dimension intertextuelle que prennent pour nous aujourd’hui les expériences de Paul Bert sur la greffe (p. 56). « Le fragment détaché du corps d’un de ces animaux depuis plusieurs jours peut encore revenir à la vie active lorsqu’on l’implante convenablement dans le corps d’un autre individu » tout comme le fragment détaché d’un texte scientifique de 1867 peut, convenablement implanté, « revenir à la vie active » un siècle et demi plus tard… Et Henri Milne-Edwards d’évoquer les rotifères et les tardigrades chers à tous les lecteurs des Chants de Maldoror (V, 1, Pl. 191) :

« Et, de même que les rotifères et les tardigrades peuvent être chauffés à une température voisine de l’ébullition, sans perdre nécessairement leur vitalité, il en sera de même pour toi, si tu sais t’assimiler, avec précaution, l’âcre sérosité suppurative qui se dégage avec lenteur de l’agacement que causent mes intéressantes élucubrations. »

3.2. Le charme de la mort

             Le rapprochement entre un hypotexte possible et un énoncé réalisé conduit toutefois, il faut bien le reconnaître, la démarche sourcière à atteindre ses limites et à se faire plus ou moins contestable. Le rapprochement textuel tend à devenir obsessionnel, tout comme dans le cas de la quête compulsive des hispanismes évoquée plus haut. Pourtant, lorsque dans Poésies II, tant de réécritures de Vauvenargues, Pascal, La Rochefoucauld, La Bruyère travaillent un texte qui proclame la nécessité du plagiat, il est tentant – à l’aide de la machine – de rapprocher « Le charme de la mort n’existe que pour les courageux. » (Pl. 279) de la clausule du poème de Musset, « Après une lecture », qui, à propos de Leopardi, écrit :

XXII

 Et tu mourus aussi. Seul, l’âme désolée,
Mais toujours calme et bon, sans te plaindre du sort,
Tu marchais en chantant dans ta route isolée.
L’heure dernière vint, tant de fois appelée.
Tu la vis arriver, sans crainte et sans remord,
Et tu goûtas enfin le charme de la mort.

Novembre 1842.

Le lien proposé ici est-il trop ténu ? Il est possible. Chacun en jugera par soi-même. Si l’on accepte le rapprochement avec ce poète qui appartient aux « intelligences de deuxième ordre » (P. I), qui fait partie des « écrivassiers funestes », des « femmelettes » − « Musset, le Gandin-Sans-Chemise-Intellectuelle » (P. I), l’éloge de Leopardi se lit à partir de la réécriture de Pascal qui précède immédiatement la « pensée » ou la « maxime » de Ducasse.

Isidore Ducasse, Poésies II, Paris, Librairie Gabrie, 1870.

(Pl. 279)Pascal, Pensées, texte établi par Condorcet et annoté par Voltaire (extraits), Paris, A. Hiard, 1832, in-8, 220 p.Les actions cachées sont les plus estimables. Lorsque j’en vois tant dans l’histoire, elles me plaisent beaucoup. Elles n’ont pas été tout à fait cachées. Elles ont été sues. Ce peu, par où elles ont paru, en augmente le mérite. C’est le plus beau de n’avoir pas pu les cacher.Les belles actions cachées sont les plus estimables. Quand j’en vois quelques-unes dans l’histoire, elles me plaisent fort. Elles n’ont pas été tout à fait cachées puisqu’elles ont été sues : ce peu, par où elles ont paru, en diminue le mérite ; car c’est là le plus beau, de les avoir voulu cacher.

Pour Pascal, le silence sur la belle action cachée fait tout le mérite de cette dernière. Il n’en va pas de même pour Ducasse. Le scripteur de Poésies II commente son propre texte, quelle qu’en soit par ailleurs l’origine. Il estime grandement ce qu’il est parvenu à dissimuler dans son énoncé et il est bien placé pour en voir beaucoup dans l’« histoire » qu’il vient d’écrire. Sa poétique joue au chat et à la souris dans l’espace du caché-révélé. Si finalement le caché se dévoile, le lecteur – qui est ici programmé dans le texte – participe de la réussite de l’entreprise. Ducasse quant à lui dialogue littéralement avec le Gandin-Sans-Chemise-Intellectuelle dont il conteste ironiquement in petto les positions romantiques concernant le charme de la mort – et l’on notera ici la présence des italiques.

La pratique systématique du dialogisme textuel invite le rat-lecteur à poursuivre sa quête des « actions cachées ».

            3.3. Cette tristesse qui gonfle les chiens de Terre-Neuve

L’exemple suivant nous mène à nous interroger sur cette intrigante tristesse qui gonfle les chiens de Terre-Neuve :

« Pour plaire à sa mère, un fils ne lui criera pas qu’elle est sage, radieuse, qu’il se conduira de façon à mériter la plupart de ses éloges. Il fait autrement. Au lieu de le dire lui-même, il le fait penser par ses actes, se dépouille de cette tristesse qui gonfle les chiens de Terre-Neuve. » (P. II, Pl. 282)

Ducasse emprunte cette fois un détail rapporté par Louis Figuier dans La terre et les mers ou description physique du globe (Paris, L. Hachette, 1864, p. 530)

[…] Ce qui distingue le plus les régions polaires des autres contrées de la terre, c’est leur long jour et leur longue nuit. Décrivant une immense spirale autour de l’horizon, le soleil monte peu à peu jusqu’au plus haut point de sa course, à une trentaine de degrés ; puis il revient de la même manière vers l’horizon, et fait ses adieux à la terre, s’éteignant peu à peu dans un morne crépuscule. Alors, pendant près de six mois, le soleil reste invisible.

« Lorsqu’on se voit pour la première fois enseveli dans les ténèbres silencieuses de la nuit polaire, dit le capitaine Parry, on ne peut se défendre d’un involontaire effroi : on se croit transporté hors du domaine de la vie. Ces mornes et sombres déserts paraissent comme ces espaces incréés que Milton a placés entre l’empire de la vie et celui de la mort. »

Les animaux mêmes sont affectés par la tristesse qui règne alors dans la nature. Sous l’influence de ces constantes ténèbres les chiens de Terre Neuve du docteur Elisa Kane devinrent fous et moururent.

L’emprunt ici est patent. Ducasse a-t-il lu Figuier dont les travaux de vulgarisation ont eu un très large public de son temps ? A-t-il découvert les chiens du docteur Elisa Kane dans un article de presse, de revue ? Une fois encore – et c’est là l’essentiel −, sa poétique n’hésite pas à opérer de constants coups de force en intégrant à un discours parfaitement cohérent, moraliste même, un détail sans aucun rapport avec le propos général et qui, par sa précision, crée ce ton inimitable qui, à la fois, attire l’attention du lecteur et le plonge dans la perplexité.

3.4. Les kanguroos implacables du rire

Une autre expression curieusement imagée m’invite à proposer un rapprochement dont je reconnais le caractère contestable. Le Comte de Lautréamont, en ce début du chant quatrième, compose, de son propre aveu, un « laborieux morceau de littérature » qui constitue un magnifique exemple de crétinisation du lecteur : assertions bouffonnes, énoncés qui posent un univers immédiatement déconstruit, adresse au lecteur pris à partie et dont l’auteur se joue comme un chat d’une pelote de laine… C’est dans ce contexte qu’il est amené à préciser la conception qu’il se fait de la poésie :

« […] Il chante pour lui seul, et non pas pour ses semblables. Il ne place pas la mesure de son inspiration dans la balance humaine. Libre comme la tempête, il est venu échouer, un jour, sur les plages indomptables de sa terrible volonté ! Il ne craint rien, si ce n’est lui-même ! Dans ses combats surnaturels, il attaquera l’homme et le Créateur, avec avantage, comme quand l’espadon enfonce son épée dans le ventre de la baleine : qu’il soit maudit, par ses enfants et par ma main décharnée, celui qui persiste à ne pas comprendre les kanguroos implacables du rire et les poux audacieux de la caricature ! … » (Chant IV, 2, Pl. 163)

Par delà la remarque strictement orthographique de ce terme, d’origine anglaise à partir d’un mot australien,  entré tardivement dans la langue française, plusieurs ouvrages du milieu du XIXe siècle prétendent que le mot kanguroo est un nom formé de deux mots grecs « rire et queue » (Auguste Wahlen, Nouveau dictionnaire de la conversation, vol. 14, Bruxelles, 1843). L’Encyclopédie des gens du monde (t. XV, Paris, 1841) ajoute même : « nom formé de deux mots grecs (rire  et queue) et indiquant une particularité de ces animaux dont la queue acquiert un développement étonnant. » Il semble donc qu’à cette époque l’association « rire »/« queue » était effective pour un public qui ignorait l’origine anglo-australienne du terme. Par ailleurs, Chateaubriand avait écrit dans les Mémoires d’Outre-tombe en évoquant une visite des jardins botaniques royaux de Kew :

« J’allais voir à Kew les kanguroos, ridicules bêtes, tout juste l’inverse de la girafe : ces innocens quadrupèdes-sauterelles peuplaient mieux l’Australie que les prostituées du vieux duc de Qeensbury ne peuplaient les ruelles de Richmond. »

De son côté, le comte de Marcellus rapportait à propos de cette anecdote le souvenir suivant (Chateaubriand et son temps, Paris, Michel Lévy, 1859, p. 120) :

« Les Kanguroos amusaient déjà l’auteur en 1800. Nous avons encore beaucoup ri en 1822, M. de Chateaubriand et moi, de leurs gambades. Je ne l’ai même jamais vu tant rire. »

Cette anecdote pourrait rendre partiellement compte de l’expression employée par Ducasse mais on voit bien ici la limite de la « critique des sources ». A supposer que les passages cités de Chateaubriand et de son commentateur aient bien, en effet, hanté (et enté…) la mémoire volontaire ou involontaire de l’auteur des Chants de Maldoror, la production de cette nouvelle « source » n’explique littéralement rien quant aux effets produits sur le lecteur par l’utilisation faite par le  scripteur d’une expression qu’il s’autorise arbitrairement en dépit de toute norme stylistique reconnue : les kanguroos implacables du rire.

3.5. C’est très mauvais de rêver qu’on marche à l’échafaud

Le refus de la perte de la conscience dans le sommeil, la « haine irréconciliable » de Maldoror à l’endroit des « planches somnifères » (Chant V, 3, Pl. 198) nous valent de fortes pages au cours desquelles Lautréamont file la métaphore du lit-tombeau, du corps-cadavre, des draps-linceuls et de l’appartement-chapelle ardente. Ce passage troublant, poignant même, met en scène un rêve que l’on qualifierait volontiers de fantasme : « “Sortir de cette couche est un problème plus difficile qu’on ne le pense. Assis sur la charrette, l’on m’entraîne vers la binarité des poteaux de la guillotine. Chose curieuse, mon bras inerte s’est assimilé savamment la raideur de la souche. C’est très mauvais de rêver qu’on marche à l’échafaud.” » (Chant V, 3, Pl. 200). La scène évoque selon toute vraisemblance le fameux rêve de Maury :

« […] Mais un fait plus concluant pour la rapidité du songe, un fait qui établit à mes yeux qu’il suffit d’un instant pour faire un rêve étendu, est le suivant : J’étais un peu indisposé, et me trouvais couché dans ma chambre, ayant ma mère à mon chevet. Je rêve de la Terreur ; j’assiste à des scènes de massacre, je comparais devant le tribunal révolutionnaire, je vois Robespierre, Marat, Fouquier-Tinville, toutes les plus vilaines figures de cette époque terrible ; je discute avec eux ; enfin, après bien des événements que je ne me rappelle qu’imparfaitement, je suis jugé, condamné à mort, conduit en charrette, au milieu d’un concours immense, sur la place de la Révolution ; je monte sur l’échafaud ; l’exécuteur me lie sur la planche fatale, il la fait basculer, le couperet tombe ; je sens ma tête se séparer de mon tronc ; je m’éveille en proie à la plus vive angoisse, et je me sens sur le cou la flèche de mon lit qui s’était subitement détachée, et était tombée sur mes vertèbres cervicales, à la façon du couteau d’une guillotine. Cela avait eu lieu à l’instant, ainsi que ma mère me le confirma, et cependant c’était cette sensation externe que j’avais prise, comme dans le cas cité plus haut, pour point de départ d’un rêve où tant de faits s’étaient succédé. Au moment où j’avais été frappé, le souvenir de la redoutable machine, dont la flèche de mon lit représentait si bien l’effet, avait éveillé toutes les images d’une époque dont la guillotine a été le symbole. » (Alfred Maury, Le sommeil et les rêves, Paris, Didier, 1862, pp. 133-134).

De nombreux commentateurs ont déjà signalé ce point. A-t-on remarqué dans la scène évoquée par Lautréamont la probable présence du Latréaumont d’Eugène Sue ? Je cite d’après l’édition publiée par C. Hochhausen et Fournes (Bruxelles et Leipzig, 1838) :

−  Eh bien, ces rêves ? ces rêves ?

−  Ces rêves, Louis, résumaient les deux seuls partis qui vous restent à prendre… l’un bon et l’autre fatal, comme ces songes.

−  Mais le fatal, le fatal, qu’annonçait-il ?

−  Dans celui-là, − dit rapidement Maurice, comme si chaque mot lui eût brûlé les lèvres : − Je vous voyais aujourd’hui décidé à conspirer ; et au même instant… derrière vous, se dressait une horrible et gigantesque figure… c’était Latréaumont ; il avait une hache sanglante à la main… Ah…

−  Latréaumont !! −  s’écria Rohan pâle d’effroi.

−  Latréaumont !

− Oui, − dit Maurice respirant à peine ; −  enfin… il était… le bourreau, et vous étiez sur l’échafaud…

−  Sur l’échafaud ! −  répéta sourdement le chevalier… −  sur l’échafaud !

Un assez long silence suivit ces paroles. (p. 94).

M. DE ROHAN. Quel rêve affreux ! le rêve de Maurice… un échafaud ! ah ! c’est horrible !

Il tombe Accablé sur un fauteuil.

LE PÈRE BOURDALOUE, s’approchant. Mon fils !!

M. DE ROHAN, sortant de sa stupeur, le regarde avec effroi. Qu’est-ce ? comment ? que voulez vous ? Où suis-je ? où suis-je ?

Le PÈRE TALON. Prince, rappelez vos esprits. (p. 338)

M. de Rohan le regarde d’abord fixement ; puis, jetant les yeux autour de lui, peu à peu il se souvient de tout.

Mais ce n’est pas un rêve que ce rêve d’échafaud !… c’est une réalité ! oui… ces prêtres… cette salle… ah ! mon Dieu, oui… c’est l’échafaud… je suis condamné. (Avec rage)… Ah !! malédiction ! malédiction sur moi, je suis condamné ! (p. 339).

3.6. Cette grande impudique

« Baise de temps en temps la robe de cette grande impudique [la saleté], en mémoire des services importants qu’elle ne manque pas de te rendre. » (Chant II, 9, Pl. 99)

Cette « grande impudique » constitue à l’époque de Ducasse un syntagme quasiment lexicalisé cité dans de nombreux textes, de revues surtout, syntagme visiblement censé être connu des lecteurs contemporains et que l’on trouve notamment employé dans les Iambes d’Auguste Barbier pour chanter « La popularité » [février 1831 (premiers vers de la section V)] :

« La popularité ! – c’est la grande impudique /  Qui tient dans ses bras l’univers. / Qui le ventre au soleil, comme la nymphe antique, / Livre à qui veut ses flancs ouverts ! »

Mais c’est bien entendu avant tout une expression issue de l’Apocalypse dans certaines traductions comme par exemple Les livres du Nouveau Testament traduits pour la première fois d’après le texte grec le plus ancien […] par Albert Rilliet, Paris, Cherbuliez, 1860, La Grande Babylone, Apocalypse XVII :

« Et un des sept anges qui tiennent les sept coupes sortit, et il s’adressa à moi en disant : « Viens, je te montrerai la condamnation de la grande impudique, qui est assise sur de nombreuses eaux, avec laquelle les rois la terre se sont livrés à l’impudicité ; et les habitants de la terre se sont enivrés du vin de son impudicité. »  Et il me transporta dans un désert en esprit. // Et je vis une femme assise sur une bête écarlate pleine des noms de blasphème, et ayant sept têtes et dix cornes. Et la femme était revêtue de pourpre et d’écarlate, et couverte d’or, de pierres précieuses, et de perles, tenant dans sa main un calice d’or rempli d’abominations, et les souillures de son impudicité ;  et sur son front un nom était écrit, mystère : « Babylone La GRANDE, LA MÈRE DES IMPUDIQUES ET DES ABOMINATIONS DE LA Terre.». […]

            3.7. Glaive de diamant

« Ô être humain ! te voilà, maintenant, nu comme un ver, en présence de mon glaive de diamant ! » (Chant II, 1, Pl. 76).

Jean-Luc Steinmetz  réfère cette image « aux épopées italiennes du Roland furieux de l’Arioste et de La Jérusalem délivrée du Tasse » (n. 6, Pl. 631). L’expression « glaive de diamant » appartient également au discours mythologique auquel n’a pas pu échapper en son temps le collégien Ducasse. C’est avec un tel glaive, que lui avait remis Vulcain,  que Persée tranche la tête de Méduse.

 3.8. Les résédas de la modestie

« Dans tous les temps, il avait cru, les paupières ployant sous les résédas de la modestie, qu’il n’était composé que de bien et d’une quantité minime de mal. » (Chant II, 1, Pl. 75).

Jean-Luc Steinmetz note (Pl. 630) : « Pour la première fois, Ducasse met en œuvre une image irrationnelle, en apparence. Étymologiquement, “réséda” vient du latin resedare qui signifie “calmer”. »  Il est vrai que le langage des fleurs attribue traditionnellement la modestie à la violette. Pourtant, si l’on en croit Les fleurs animées de Taxile Delord, J. J. Grandville, Alphonse Karr et Raban (Paris, Gonet, 1847, p. 51) le réséda désigne le « mérite modeste ». Casimir Magnat note lui aussi dans son Traité du langage symbolique, emblématique et religieux des fleurs (A. Touzet, 1855, p. 456) : « Mérite modeste – Réséda ». L’abbé Dubois, dans un petit conte moralisateur (« Au milieu des plantes et des fleurs », Journal des bons exemples et des œuvres utiles, archives de la France chrétienne, 1862, pp. 285-286), insiste sur la simplicité, la modestie, l’humilité du réséda, « toutes ces qualités aimables qui séduisent sans effort et pour ainsi dire sans se montrer. »

3.9. Incompréhensibles  pédérastes

 « Ô pédérastes incompréhensibles, ce n’est pas moi qui lancerai des injures à votre grande dégradation ; ce n’est pas moi qui viendrai jeter le mépris sur votre anus infundibuliforme. » (Chant V, 5,  Pl. 204).

Ambroise Tardieu, professeur de médecine légale à la faculté de médecine de Paris, a publié une Étude médico-légale sur les attentats aux mœurs (Paris, J.B. Baillière, 1867, 5ème édition, 274 p., ill.) devenue un classique du genre. Il est plus que probable qu’Isidore Ducasse a pris connaissance de cette étude qui décrit avec force détails la constitution des anus infundibuliformes des pédérastes passifs. Si tel est le cas, il a également pu lire, pp. 186-187, les lignes suivantes :

« Je ne prétends pas faire comprendre ce qui est incompréhensible et pénétrer les causes de la pédérastie. Il est cependant permis de se demander s’il y a autre chose dans ce vice qu’une perversion morale, qu’une des formes de la psychopathia sexualis, dont Kaan a tracé l’histoire. La débauche effrénée, la sensualité blasée, peuvent seules expliquer les habitudes de pédérastie chez des hommes mariés, chez des pères de famille, et concilier avec le goût des femmes ces entraînements contre nature. On peut s’en faire une idée en retrouvant dans les récits des pédérastes l’expression de leurs passions dépravées. »

3.10. « Nul raisonneur ne croit contre sa raison. »

Poésies II se caractérise, on le sait, par le nombre de passages empruntés à des moralistes et retournés par les soins de Ducasse. L’énoncé suivant : « Nul raisonneur ne croit contre sa raison. » (Pl. 282) présente une structure formulaire caractéristique de l’adage, du proverbe, de la maxime. J’ai par conséquent cherché à voir si une telle phrase ne proviendrait pas du retournement d’un énoncé antécédent. J’ai eu beau varier les requêtes, demander à la machine de faire ressortir du corpus de Google Livres les formulations « ne croit contre sa raison »,  « croit contre sa raison », « contre sa raison » je n’ai jamais été dirigé – dans l’état actuel du corpus on le rappelle − que sur le seul passage suivant :

XIX

 La foi consiste dans la libre soumission de la volonté à la raison, il ne faut donc pas s’étonner que ceux qui prétendent faire tout l’opposé, c’est-à-dire assujettir leur raison à leur volonté, ne parviennent point à croire. Ce qui surprend, c’est que de cette impuissance absolue où ils sont de croire par la seule volonté, ils concluent non pas que la foi est rationnelle, mais que tous les chrétiens croient sans raison.

Croire, ce n’est pas seulement se soumettre, c’est se soumettre à ce qu’on tient pour certainement vrai ; croire malgré la raison leur est donc impossible, non pas comme ils l’imaginent, à cause de la supériorité de leur intelligence, mais parce que c’est chose impossible en soi : « Nul ne croit contre sa raison. » Henri de Cossoles,  Du doute, Paris, Didier, 1867, pp. 145-146.

Isidore Ducasse, s’occupe fort à l’époque d’une question récurrente au XIXe siècle : le doute, présenté par les moralistes contemporains comme le ferment déstructurateur de la société. Dès l’épigraphe de sa plaquette, il dit vouloir remplacer « la mélancolie par le courage, le doute par la certitude, le désespoir par l’espoir, la méchanceté par le bien, les plaintes par le devoir, le scepticisme par la foi, les sophismes par la froideur du calme et l’orgueil par la modestie. » (Poésies I, Pl. 257) Il incombe au lecteur de se demander si l’auteur s’en prend au doute de façon sérieuse ou si l’emploi de l’ironie ne vient pas miner systématiquement un énoncé alors foncièrement antiphrastique. Voir également Poésies I, Pl. 268, 269, 270, 272 ; Poésies II, Pl. 277, 282 ainsi qu’à la correspondance, Pl. 308-309. Il est tout à fait possible que Ducasse ait pris connaissance de l’essai d’Henri de Cossoles sur le doute, se soit emparé du passage de l’analyste « Nul ne croit contre sa raison » et ne l’ait « corrigé » à sa façon : « Nul raisonneur ne croit contre sa raison. »

 3.11. Régulateur de l’âme

    « Le régulateur de l’âme n’est pas le régulateur d’une âme. Le régulateur d’une âme est le régulateur de l’âme, lorsque ces deux espèces d’âmes sont assez confondues pour pouvoir affirmer qu’un régulateur n’est une régulatrice que dans l’imagination d’un fou qui plaisante. » (Poésies II, Pl. 285)

Dans ce curieux passage, si typique de la démarche ducassienne qui pose une assertion pour immédiatement après la renverser, le recours à l’industrie horlogère est-il pertinent ? Ducasse n’est pas Beaumarchais. Je préfère pour ma part recourir à un penseur qui n’a jamais été convoqué, sauf erreur, par la critique. Il s’agit de Pierre Hyacinthe Azaïs (1766-1845) que Paul Bénichou classe joliment parmi les « demi-savants à fermentation intellectuelle intense », auteurs de « systèmes qui font d’une loi unique, tenue pour connaissable scientifiquement, la clé de l’univers à tous ses niveaux, à la fois explication du monde et principe d’action et de salut pour l’homme »[12]. Azaïs édifia, explique Bénichou, un système déiste fondé, sur une sorte d’illumination, propre à expliquer le fonctionnement global de l’univers par le jeu de deux forces – Expansion et Compression – « qui tendent à se résoudre en fin de compte en un principe unique d’équilibre »[13]. L’homme est soumis à une sorte de jeu de forces opposées où Azaïs distingue différentes parties de l’âme : la partie inférieure, la partie supérieure et la partie intermédiaire. Chacune de ces parties caractérise divers aspects de l’individu. Si l’une d’entre elles l’emporte sur les deux autres, il naît un déséquilibre préjudiciable au sujet. « Il faut donc à l’homme, écrit Azaïs, et dans le sein même de son âme, un régulateur veillant à la pondération respective des deux genres d’impulsion extrême. Ce régulateur de l’âme humaine, où réside-t-il ? naturellement dans sa région moyenne ; là seulement peut être placé le pivot du balancement.[14] »  Le « fou qui plaisante » évoqué par Ducasse dans la citation de Poésies II reproduite plus haut pourrait être, si mon hypothèse s’avère plausible, Azaïs lui-même, polygraphe prolifique auteur de réflexions philosophiques en cinq volumes sur les destinées humaines, de considérations sur Napoléon, d’une continuation de Berquin destinée à la jeunesse, d’un système universel, etc., etc.

IV. − Relances

Nous avons successivement examiné comment l’utilisation du micro-ordinateur faisait naître, certes, de faux espoirs mais était également susceptible d’offrir à la recherche de véritables apports. Nous avons montré en quoi elle nous aidait à nous en tenir dans un premier temps à la lettre du texte avec l’examen d’un certain nombre de phénomènes matériels d’orthographe, de graphie ou de coquilles. Nous venons de fournir bon nombre de précisions de nature éditoriale et interprétative, d’émettre des hypothèses dont tout le monde ne partagera sans doute pas la pertinence, de formuler enfin certaines perplexités face à des rapprochements de textes qui reposent l’éternelle question du bien fondé de la critique des sources. Je voudrais pour terminer exposer de nouvelles données qui constituent autant de relances de la recherche maldororienne, soit sur des questions qui ont déjà fait l’objet d’apports significatifs que nous préciserons encore, soit pour aborder des points totalement nouveaux.

            4.1. Les Fous de Cobb

 Dans Poésies I (Pl. 269), Isidore Ducasse fournit à ses lecteurs le moyen de constater l’infériorité de Musset par rapport à Lamartine et à Hugo :

« Lisez, devant une jeune fille, Rolla ou les Nuits, les Fous de Cobb, sinon les portraits de Gwynplaine et de Dea, ou le Récit de Théramène d’Euripide, traduit en vers français par Racine le père. »

De nombreux commentateurs ont, depuis longtemps, signalé l’existence d’un récit intitulé « Les Fous » publié par Jules Lermina (1839-1915) dans son recueil Histoires incroyables. Lermina a plus d’une fois utilisé le pseudonyme de « William Cobb ». En revanche, Histoires incroyables ayant paru en 1885, soit quinze ans après la mort de Ducasse, il fallait imaginer que ce dernier avait pu prendre connaissance du texte mentionné dans une publication − journal ou revue −  antérieure à 1870. Je dois à ma collègue Nathalie Prince[15] de m’avoir signalé il y a quelque temps déjà l’existence des n° 43-44 de la revue Le Rocambole consacrés à Jules Lermina [été/automne 2008, Jean-Luc Buard dir.]. Grâce à elle, au Rocambole et à Gallica, il est désormais possible de proposer la chronologie suivante :

− Le récit de Jules Lermina, « Les Fous » a été publié dans le journal quotidien Le Gaulois du dimanche 10 octobre 1869, n° 462, au mercredi 27 octobre 1869, n° 479. La publication a connu quelques interruptions dues à l’urgence des actualités à traiter prioritairement (affaire Troppmann, mort de Sainte-Beuve, mouvement social de grève, etc.). Le texte se trouve en général en page 3, chaque numéro n’ayant que quatre pages. Il est curieusement signé à la fin de chaque épisode  « EDGAR POE (?) », la signature étant suivie de la célèbre formule : (La suite à demain).

− Dix jours plus tard, le samedi 6 novembre 1869, le n° 489 du Gaulois publie en première page, sur les deux premières colonnes de gauche, un long article de Francisque Sarcey, collaborateur régulier du journal. Sarcey rappelle la récente publication des Fous et prétend que le texte aurait été remis à la rédaction par un inconnu qui aurait traduit le récit en français à partir d’un manuscrit « retrouvé par hasard dans les manuscrits d’Egard Poe [sic]. Le directeur du Gaulois pensant avoir affaire à un pastiche publia le texte en faisant suivre le nom d’Edgar Poë d’un point d’interrogation qui exprimait ses doutes. Francisque Sarcey se livre à une assez longue réflexion sur ce qui l’a amené pour sa part à lire ce texte, lui qui ne pratique guère d’habitude le récit « en tranche 3 de feuilleton dans les journaux quotidiens ». Texte d’« Edgar Poë ( ?) », d’« Edgar Poë » ? Quel rôle la signature joue-t-elle dans l’évaluation appréciative d’une œuvre de langage ?  Que nous révèle le faux sur le vrai dans le cas du pastiche ? Quelle influence sur la décision de lecture et sur l’interprétation a pu être exercée par la présence du point d’interrogation suivant la signature introduit par le directeur du journal ? « Supposons, écrit Sarcey, qu’au lieu d’avouer franchement son doute, il eût tout simplement donné ce conte comme traduit d’un second volume d’Edgard Poë, qui n’était point encore parvenu en France. Est-ce que je ne m’y serais pas laissé tromper ? Cela est fort probable. » Peut-être Sarcey a-t-il été victime d’un attrape-niais. Mais pourquoi a-t-il alors pris tant de plaisir à tenir le rôle du niais ? Le genre si magistralement illustré par Poe a-t-il des chances de s’acclimater en France ? Les questions, on le voit, sont de celles qui se posent toujours à nous de nos jours. Pour finir, Sarcey fait état d’une lettre qui serait depuis peu parvenue au journal. La voici :

A Monsieur le directeur du Gaulois.

« Monsieur,

Voyant l’obligeance avec laquelle vous avez accueilli la nouvelle intitulée les Fous, je viens vous avouer une petite supercherie que vous voudrez bien, j’espère, me pardonner. C’est moi qui suis l’auteur des Fous que je vous ai adressés comme un manuscrit inédit d’Edgard Poë. Désirant me faire connaître au public français, dont le suffrage en toutes matières est si précieux, et plein de sympathie pour votre journal que je lis régulièrement, j’ai remis ce manuscrit à un de mes amis qui se rendait en France, et en même temps cette lettre qui doit vous être adressée lorsque la nouvelle touchera à sa fin. Si donc vous l’avez insérée, serais-je trop audacieux en tenant à votre disposition deux autres manuscrits, qui, sur la réponse dont tous voudrez bien honorer cette lettre par la voie de votre journal, vous seront remis par l’ami qui m’a servi d’intermédiaire? Les deux nouvelles ont pour titres : l’une le Testament, l’autre l’Araignée,

Soyez assez bon pour transmettre à mon gracieux et intelligent traducteur l’expression de ma reconnaissance et tous mes remercîments.

Pardonnez-moi encore une fois, Monsieur, de m’être servi de cette ruse bien innocente en réalité, puisque mon intention était de ne pas laisser peser sur un des hommes les plus remarquables de l’Amérique la responsabilité de ma modeste prose. Et croyez-moi votre reconnaissant

William Cobb.

New-York. − 396, Broadway.

Ce William Cobb existe-t-il réellement ?

Peut-être est-ce encore là un nouveau tour que nous joue un Parisien, qui veut donner plus de retentissement à la publication de ses contes… Qu’importe ? s’ils sont aussi amusants que celui qu’il nous a déjà donné. Je suis donc chargé, par la direction du Gaulois, de le prévenir que son offre est acceptée, et que nous attendons sa prose de pied ferme. »

− Le dépôt légal de Poésies I datant du 9 avril 1870, on pensait jusqu’ici que la parution des Fous dans un journal ou une revue sous la signature « William Cobb » devait être envisagée dans la période qui va de la fin octobre 1869 à la fin mars 1870. Cette hypothèse reste évidemment valable et un chercheur exhumera peut-être un de ces jours une telle publication. Il me semble toutefois qu’elle n’est plus à présent nécessaire. On peut désormais penser qu’Isidore Ducasse a lu « Les Fous » dans Le Gaulois et que, faisant fi de la curieuse attribution du texte à « Edgar Poë ( ?) », il l’ait directement cité comme « les Fous de Cobb ». C’est d’ailleurs l’hypothèse à laquelle était parvenu de son côté Jérôme Solal dans une contribution électronique qui semble avoir échappé aux ducassiens. Voir « la Revue des Ressources[16] » dans laquelle il présente Jules Lermina. Signalons pour terminer que de nombreuses reprises des Fous sont actuellement disponibles sur la Toile et que l’on peut consulter Le Gaulois sur Gallica qui propose 62 années de publication disponible sur <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb32779904b/date>.

4.2. Un fouet aux cordes de scorpions

 Isidore Ducasse est connu pour la fulgurance de ses images arbitraires. Quand il s’adresse au « glorieux espoir » (Poésies I, Pl. 267) et qu’il écrit : « Comme un meuble de rebut, je t’ai chassé de ma demeure, avec un fouet aux cordes de scorpions », le lecteur éprouve le sentiment de retrouver un moment sous sa plume la présence du bestiaire diversifié auquel le Comte de Lautréamont l’avait déjà habitué. De fait, le scorpion apparaît plusieurs fois dans Les Chants de Maldoror : Ch. II, 3, Pl. 81 ; III, 1, Pl. 133, 134 ; III, 5, Pl. 153. L’existence d’un imaginaire animal est indéniable et il serait absurde de vouloir nier cette dimension du texte. Le lecteur d’aujourd’hui est d’autant plus tenté de privilégier les dimensions immanente, symbolique et poétique de l’énoncé qu’aucun ouvrage actuel – ni Le Petit Robert, ni le TLFI –  ne rend compte de cet instrument qu’ignore également le Grand dictionnaire universel du XIXe de Pierre Larousse. On aurait tort d’oublier toutefois la dimension référentielle du langage. Dans le cas qui nous occupe, le fouet aux cordes de scorpions existe ou, du moins, a bel et bien existé. L’interrogation croisée de Google Livres (fouet + cordes + scorpions) nous apprend que les « scorpions » faisaient partie des « principaux instrumens dont les païens se servaient pour tourmenter les martyrs ». Il s’agissait de « fouets garnis de pointes ». Voir, par exemple, Alban Butler, Vies des pères, des martyrs et des autres principaux saints, tirées des actes originaux et des monuments les plus authentiques, traduit librement de l’anglais par l’abbé Godescard, tome premier, Louvain, Vanlinthout et Vandenzande, 1828,  p. xxxiii. De nombreux autres ouvrages théologiques, dictionnaires, recueil religieux donnent le détail de cet instrument de supplice comme, par exemple :

« SCORPION, s. m. Sorte d’insecte venimeux, et dont le venin se communique par la blessure qu’il fait avec sa queue. La blessure que fait le scorpion se guérit, dit-on, en écrasant le scorpion même sur la plaie. […] − Chez les anciens, espèce de petite catapulte ou d’arbalète qu’on portait à la main, et avec laquelle on lançait des dards, dont le fer, extrêmement fin et pointu, ressemblait à l’aiguillon du scorpion. […] − Espèce de fouet composé de plusieurs cordes garnies d’un fer tranchant ou de morceaux deplomb. […] (F. Raymond, Dictionnaire général de la langue française…Paris, Aimé André, libraire, 1832, II, 462).

4.3. Confucius, Boudha, Socrate…

Un passage de Poésies II expose les devoirs de la poésie et permet à l’auteur  de prendre position dans le débat qui oppose une poésie au service de quelque chose qui lui est extérieur et une poésie pure. Les arguments avancés, sérieux ou faussement graves, insistent sur la nécessité d’un  retour à un état antérieur :

« Revenons à Confucius, au Boudha, à Socrate, à Jésus-Christ, moralistes qui couraient les villages en souffrant de faim ! » (Poésies II, Pl. 280)

Confucius, Bouddha, Socrate et Jésus Christ sont fréquemment évoqués et rapprochés dans de nombreux textes du XIXe siècle. Beaucoup d’auteurs de cette époque − Hugo, Stendhal, Balzac, Lamartine, Chateaubriand… − associent différentes de ces figures. A titre d’exemple, je citerai le chapitre XIV de l’essai du docteur Mary, Le christianisme et le libre examen: discussion des arguments …, (vol. 2, Paris, Didier, 1864, p. 114) qui porte sur le  « Caractère de Jésus-Christ » :

Époque de l’avénement du Messie. — Corruption du monde romain. — Caractère de Jésus. — Date de sa naissance et de sa mort. — Secte des Esséniens. — Fondateurs de religions positives. —  Bouddha, Confucius, Mahomet. — Socrate et Jésus-Christ. — Préventions et mécontentement des Juifs. — Attente d’un Messie conquérant. — Divinité de Jésus. — Son langage sur ce sujet. — Opinion des apôtres. — Exagération des apologistes. — Sentiment de Franklin. — Hypothèse philosophique.

On doit à la sagacité de Clara Moressa et Jean-Jacques Lefrère d’avoir découvert l’existence d’un concours proposé par Jean-Marie Caubet dans La Morale indépendante du 9 janvier 1870 et relayé par Louis-Auguste Martin dans L’Annuaire philosophique[17]. Il s’agissait de faire la biographie comparée de quatre célèbres moralistes : Confucius, le Bouddha, Socrate et Jésus-Christ[18]. Il est plus que probable que Ducasse a pris connaissance de ce concours par le biais de cette publication. Je remarque toutefois que rien ne correspond à la seconde partie de l’énoncé  − « moralistes qui couraient les villages en souffrant de faim ! » Nous touchons une fois encore du doigt l’aporie sourcière. Comme l’écrivait, non sans malice, Claude Bouché (op. cit., p. 27) :

« Attribuer une origine à certains éléments de l’œuvre, c’est reconnaître, du même coup, les éléments non marqués comme de purs produits de l’auteur, fruit de son génie singulier, dont il n’a pu concevoir qu’en lui-même la secrète genèse. »

Autrement dit, la démarche suivie nous conduirait à poser des jugements de valeur esthétique extrêmement positifs sur le segment « moralistes qui couraient les villages en souffrant de faim ! » au motif qu’il ne provient d’aucune réécriture… On conçoit aisément qu’Isidore Ducasse n’avait besoin de rien ni de personne pour écrire « moralistes qui couraient les villages en souffrant de faim ! ». On admet par ailleurs que ce même syntagme ne nous transporte nullement dans on ne sait quelle extase poétique. On voudrait simplement voir jusqu’où l’on pourrait aller trop loin, mettre à l’épreuve le postulat selon lequel le plagiat travaille massivement un texte qui en fait son principe fondateur. L’ordinateur ici possède un pouvoir heuristique indéniable en attirant mon attention sur un texte de Proudhon – celui-là même que Ducasse mentionne quelques lignes avant le passage qui nous occupe – « les cornets dont se composent les ouvrages de Proudhon » (Poésies II, Pl. 280) – dont on se demande dès lors si Ducasse ne l’a pas lu aussi :

« […] Plus positif, plus fier encore, et déjà moins confiant en l’hospitalité des néophytes, Paul prend un parti énergique : donnant ses Épîtres et sa prédication pour rien, il gagne son pain en fabriquant des tentes. C’est le plus beau trait de sa vie.

Voilà comment fut résolu, au premier siècle de notre ère, le problème de la rémunération des auteurs. Mon Évangile n’est pas chose vénale : telle est la réponse de Jésus Christ. Et quiconque a le sentiment religieux, abstraction faite de tout dogme et de toute révélation, le comprend comme lui. Vendre l’Évangile, comme l’idée en vint à un économiste de l’époque, Simon le Mage, ce serait un crime contre Dieu, la dernière des indignités. C est justement le crime que l’Église flétrit du nom de celui qui le premier affirma la propriété spirituelle, la simonie. Plus tard, il est vrai, l’Église tomba dans le relâchement. Pendant des siècles, les évêques furent seigneurs terriens, les abbés eurent des serfs, le sacerdoce vécut de bénéfices, les couvents regorgèrent de donations extorquées. Mais le principe est resté : l’Église ne veut pas que ses ministres mendient ; elle n’en déteste pas moins les simoniaques.

Et tous les fondateurs et réformateurs de religions, Bouddha, Confucius, Socrate, firent comme Jésus-Christ, prêchant le royaume de Dieu sur les toits, donnant leur pensée gratis, mangeant ce qu’ils trouvaient, et scellant, à l’occasion, leur doctrine de leur sang. On a accusé Mahomet de fourberie ; il n’était pas insensible à la gloriole d’écrivain. On n’a jamais dit qu’il eût tiré une obole de la vente de l’Alcoran.[…] »

Pierre-Joseph Proudhon, Les majorats littéraires : Examen d’un projet de loi ayant pour but de créer, au profit des auteurs, inventeurs et artistes, un monopole perpétuel, Bruxelles, Office de Publicité, 1862, p. 75

Si j’ajoute que ce texte a été repris dans les Œuvres complètes de P.-J. Proudhon, à la Librairie Internationale (1868, vol. 16, p. 59), autrement dit chez A. Lacroix, Verboeckhoven & Ce, Éditeurs, la boucle est bouclée ; le « piège à rats perpétuel, toujours retendu par l’animal pris, qui peut prendre seul des rongeurs indéfiniment, et fonctionner même caché sous la paille » a une fois de plus fonctionné.

4.4. Boules d’ivoire et bassin d’argent
Au début du Chant deuxième, le narrateur établit une sorte de bilan concernant le devenir du premier chant de Maldoror. Son action n’a pas été mince puisque l’homme qui croyait n’être composé « que de bien et d’une quantité minime de mal » sait désormais « qu’au contraire il n’est composé que de mal, et d’une quantité minime de bien » (Ch. II, 1, Pl. 75). Le rôle du narrateur est clairement défini :

« j’arrache le masque à sa figure traîtresse [la figure traîtresse de l’homme] et pleine de boue, et je fais tomber un à un, comme des boules d’ivoire sur un bassin d’argent, les mensonges sublimes avec lesquels il se trompe lui-même » (id., Pl. 75-76).

Des boules d’ivoire sur un bassin d’argent ? Quel luxe de détail ! Les lecteurs au fait des modes de passage du baccalauréat ès lettres et ès sciences au temps de Ducasse savent que le système des mentions repose sur l’obtention par le candidat d’un certain nombre de boules blanches (parfaitement bien : 10 boules blanches ; très-bien : 8 boules blanches sans aucune noire ; bien : 6 boules blanches sans aucune noire ; assez bien : 4 boules blanches et 1 boule noire au maximum ; passablement : lorsque le candidat n’a pas eu plus de 2 boules noires). Faudrait-il lire dans le passage qui nous occupe une allusion à ces pratiques aujourd’hui oubliées ? Il n’en est rien et pour décerner ses mentions le baccalauréat  de l’époque ne recourait sans doute ni à l’ivoire, ni à l’argent. C’est à un domaine tout autre qu’il faut faire appel pour rendre compte de la construction utilisée par Ducasse. On connaît la place occupée par le vol des grues dès l’ouverture des  Chants de Maldoror (Ch. I, 1, Pl. 39-40). La construction qui nous occupe se trouve liée, d’une façon curieuse, à ce vol. Une publication de Pierre Sylvain Maréchal, avec des gravures réalisées par François Anne David, porte sur les Antiquités d’Herculanum, Ou les plus belles Peintures antiques, et les Marbres, Bronzes, Meubles, etc. trouvés dans les excavation d’Herculanum, Stabia et Pompeïa (tome dixième, à Paris, Chez l’Auteur, MDCC. XCVII, pp. 54-55). On y trouve une Planche XLII présentée en ces termes par S. Maréchal :

Voici quatre lampes de bronze, à une seule lumière, ou mèche, et d’un bon travail, à peu près sur le même dessein. On ne sait point la date ni le lieu de leur invention. On diroit quatre petites barques : le manche a la forme du cou d’une oye ou d’un cigne, ou d’une grue, avec la tête ornée diversement au caprice de l’artiste. Cette poignée, ainsi dessinée, étoit familière aux anciens ; sans doute, parce que l’élégance et la commodité s’y trouvent réunies. On ne sauroit imaginer un manche d’une coupe plus heureuse à la main et à l’œil. Le choix du volatile qui y figure est fondé, comme nous avons eu déjà l’occasion de le faire remarquer, sur la bonne opinion qu’on avoit de sa surveillance. Tout le monde connoît les oyes du Capitole, sans lesquelles toute la valeur de Manlius eut été en défaut contre la surprise des Gaulois.

Voici à présent ce que Pline dit, ou plutôt raconte des Grues. « Elles ne débusquent jamais qu’avec conseil  et par le commun consentement de toutes, et par même moyen, elles choisissent un roi pour les conduire. Elles tiennent toujours le haut, afin de découvrir le pays de plus loin. Chaque troupe a son capitaine qui est toujours enl’arrière-garde ; au seul cri duquel toutes les autres obéissent pour se tenir arrangées et serrées ; et toutes font cest estat tour par tour. Elles asseent aussi leur guet de nuict et font sentinelle tour par tour. La sentinellese tient seulement sur un pied, tenant une petite pierre en l’autre, afin, si d’avanture elle s’endormoit, que la pierre qui lui tombe de l’autre pied, l’éveillast. »

Le grand Alexandre prit leçon des Grues ; il se préservoit du sommeil, en tenant dans sa main une boule d’ivoire ; laquelle tombant dans un grand bassin d’argent placé dessous, rendoit un bruit qui l’éveilloit en sursault.[…]

On voit à présent l’origine de la formulation si précise qui avait retenu notre attention. Une fois de plus, Isidore Ducasse/Comte de Lautréamont a recopié un [micro] texte antécédent, l’a assimilé de telle sorte que le texte de l’Autre est devenu le sien propre. En avait-il pris connaissance dans l’ouvrage que nous venons de citer ? L’avait-il trouvé reproduit tel quel dans une autre publication ? Une fois encore, je serais bien en peine de répondre à cette question que nous avons déjà rencontrée à plusieurs reprises sur notre chemin.

4.5. Homme, pierre, arbre

« C’est un homme ou une pierre ou un arbre qui va commencer le quatrième chant. » (Ch. IV, 4, Pl. 157). L’indétermination portant sur la nature du narrateur utilise des mots qui, en soi, ne présentent aucune difficulté. Si j’interroge Google Livres sur la présence éventuelle dans d’autres textes des trois termes homme + pierre + arbre, de très nombreuses réponses me sont, bien entendu, fournies par la machine. Seules deux d’entre elles retiennent particulièrement mon attention. La première renvoie à un Essai d’un ultimum organum ou constitution scientifique de la méthode, 1ère série : bases de la métaphysique, tome premier, Paris, Hachette, 1865, p. 340, de Jules [Delarue] de Strada :

CHAPITRE V.

Que la faculté d’abstraction et d’extraction s’exerce  dans la vie, dans l’art, dans la science.

[…] I. Dans la vie, nous percevons l’arbre, la maison, l’homme comme faits matériels, tantôt séparés, tantôt unis ; nous voyons 1,10, 25, tantôt comme seuls, tantôt comme unis à homme, pierre, arbre, etc. Nous voyons les idées comme justes, vraies, fausses, isolées ou appliquées aux actes et aux hommes. Nous voyons donc de même les faits spirituels, numériques et matériels, tantôt dans leur isolement et dans leur nature propre, tantôt dans leurs rapports avec les réalisations, tantôt dans leurs rapports entre eux. C’est-à-dire que dans la vie nous abstrayons et extrayons les faits idéals, numériques et matériels.

La seconde fait apparaître la figure d’Antoine Louis Claude Destutt de Tracy que je n’ai jamais vu mentionnée, sauf erreur de ma part, par la critique ducassienne. Dans ses Elemens d’ideologie (troisième partie : logique, Paris, Courcier, 1805, 671 p.) Destutt de Tracy s’attache notamment au rôle de la propriété dans la manière de raisonner de l’esprit. Sa réflexion sur la nature des mots le conduit à analyser de nombreux syllogismes qui, si Ducasse en a pris connaissance comme je l’imagine, ont dû réjouir l’auteur de Maldoror et des Poésies tant le raisonnement logique semble basculer de façon vertigineuse parfois dans l’illogisme le plus radical. Donnons-en une petite idée :

p. 634 […] Lorsque le terme majeur est un nom négatif, et que le mineur est universel, c’est le second mode (tout homme est un animal, tout animal est non arbre), dans lequel la proposition majeure et la conclusion sont universelles négatives.

On ajoute quelquefois à ces deux modes, deux antres modes qui en diffèrent en ce que le terme mineur est particulier.

Il peut se faire aussi que le terme majeur et le moyen soient des noms négatifs. Quand cela arrive, il en naît un nouveau mode dans lequel toutes les propositions sont négatives, et néanmoins le syllogisme est bon. Supposons, par exemple, que le terme mineur soit homme, que le moyen soit non pierre, et le majeur non caillou, il en résultera ce syllogisme-ci, l’homme n’est pas pierre ; tout ce qui n’est pas pierre n’est pas caillou ; donc l’homme n’est pas caillou ; lequel syllogisme est composé de trois propositions négatives, mais n’en est pas moins régulier. Mais comme en philosophie il ne s’agit que de trouver des règles universelles aux propriétés des choses, et que la négative ne diffère de l’affirmative qu’en ce que dans celle-ci on affirme du sujet un nom positif, et dans celle-là un nom négatif, il est inutile de considérer dans la figure directe un autre mode que celui dans lequel toutes les propositions sont universelles et affirmatives. […]

p. 636 […] La première de ces trois a lieu par le renversement de la majeure, comme on va le voir. Dans la figure directe, les trois termes sont places dans cet ordre : mineur, moyen, majeur. Un homme est un animal, un animal n’est pas une pierre : c’est là la figure directe.

Renversez la majeure et dites :

Un homme est un animal.

Une pierre n’est pas un animal, et vous aurez la seconde figure, ou la première des figures indirectes, dont la conclusion sera, un homme n’est pas une pierre.

En effet, puisqu’il a été prouvé dans le chapitre précédent, article 14, que les propositions universelles dont les termes sont renversés et contradictoires sont équivalentes, les deux syllogismes doivent avoir la même conclusion ; car si (àla manière des Hébreux) nous lisions la majeure en sens contraire, cela ferait un animal n’est pas une pierre, et le raisonnement serait absolument tel qu’il était dans la figure directe.

De même voici un syllogisme direct : un homme n’est pas un arbre, tout ce qui n’est pas un arbre n’est pas un poirier.

Renversez la majeure, et changez-la en une proposition équivalente par la contradiction des termes. Le syllogisme restera le même, mais il deviendra indirect de cette manière,

Un homme n’est pas un arbre,

Un poirier est un arbre,

et la conclusion sera toujours un homme n’est pas un poirier. […]

 p. 637 […] 11°. La figure inverse, ou la troisième des figures indirectes, résulte du renversement des deux prémisses. Par exemple, soit ce syllogisme direct,

Tout homme est un animal,

Tout animal n’est pas une pierre ; donc

Tout homme n’est pas une pierre.

Il devient inverse de cette manière :

Toute pierre n’est pas un animal,

Tout ce qui n’est pas un animal n’est pas un homme ; donc

Toute pierre n’est pas un homme.

La conclusion est renversée et équivalente à la conclusion directe. […]

L’aspirant au baccalauréat du temps de Ducasse devait posséder un certain nombre de connaissances touchant au syllogisme, notamment en matière de raisonnement et de logique. Les Chants de Maldoror portent plus d’une trace de la nécessité de connaître les règles de ce type de raisonnement qu’un bachelier devait être capable d’utiliser sans tomber dans les abus du sophisme et du cercle vicieux (voir Ch. II, 10, Pl. 104-105 ;  Ch. V, 7, Pl. 213-214 ; Ch. VI, III, Pl. 236 ; Poésies I, Pl. 264-265). Ducasse prétend même (feint de prétendre même ?) qu’il est nécessaire de s’insurger contre « les syllogismes démoralisateurs » afin de « réagir enfin contre ce qui nous choque et nous courbe si souverainement » (Poésies I, Pl. 262-263). A-t-il rencontré l’œuvre de Destutt de Tracy ? En a-t-il lu des extraits dans un manuel scolaire ou dans une revue ?  On aimerait pouvoir répondre à cette question de manière affirmative et catégorique. C’est malheureusement actuellement impossible. C’est en cela que l’usage de la machine suggère de nouvelles pistes mais en même temps fait naître de nouvelles perplexités. D’autres, plus compétents que moi, se chargeront de détruire, ou de compléter, le chantier que je ne fais qu’ouvrir ici.

Il est temps à présent de mettre un terme à une étude qui n’est que trop longue. On me permettra de reprendre la conclusion d’un essai que je consacrais naguère à l’ordinateur au service de l’annotation des textes littéraires[19]. Tous ceux qui ont découvert « la linguistique » au tournant des années 1970 se rappellent sans doute avec émotion la façon dont Roman Jakobson[20] concluait sa célèbre intervention « Linguistique et poétique » :

« Chacun de nous ici, cependant, a définitivement compris qu’un linguiste sourd à la fonction poétique comme un spécialiste de la littérature indifférent aux problèmes et ignorant des méthodes linguistiques sont d’ores et déjà, l’un et l’autre, de flagrants anachronismes. »

On aimerait dire ici, à l’instar du célèbre linguiste, qu’un adepte de la textualité immanente sourd à la fonction également référentielle du langage comme un spécialiste de littérature indifférent aux problèmes et ignorant des méthodes informatiques sont désormais, l’un et l’autre, de flagrants anachronismes. L’ordinateur mis au service de l’annotation des textes littéraires constitue de nos jours ce que l’on aurait appelé jadis une  discipline auxiliaire de la démarche philologique, comme la chronologie dans le champ des études historiques. Il livre nombre de faits bruts à exploiter, donne souvent accès à une bibliothèque fantôme du texte étudié.  Les outils informatiques ne constituent certainement pas en soi une quelconque panacée en matière d’approche des œuvres à caractère esthétique.

Tels qu’ils sont à l’heure actuelle – et ils évolueront sans aucun doute dans les années à venir −, ils méritent de ne pas être négligés : ils participent d’ores et déjà de plein droit du piège à rats perpétuel. Ceux qui ne l’ont pas encore compris se condamnent à produire des travaux partiellement périmés avant même leur publication.


[1] La présente version numérisée correspond à l’intégralité du travail proposé à Histoires littéraires et publié par cette revue sous une forme abrégée dans son numéro 50 d’avril-mai-juin 2012, pp. 43-56.

[2] Montaigne, Les Essais, III-13, éd. de Pierre Villey, Paris, P.U.F., coll. « Quadrige », 1988, p. 1069.

[3] Lautréamont, Œuvres complètes, édition établie, présentée et annotée par Jean-Luc Steinmetz, Paris, Gallimard, bibliothèque de la Pléiade, 2009, 795 p. Sauf indication contraire, toutes les références aux Chants de Maldoror comme aux Poésies  renverront à cette édition.  J’utiliserai à l’occasion  ma propre édition de Lautréamont/Isidore  Ducasse, Les Chants de MaldororPoésies,  Paris, Presses Pocket, coll. « Lire et voir les classiques », n° 6068, 1992, 479 p. [sous la forme abrégée PP suivie du numéro de la page concernée].

[4] « Lautréamont et le mirage des sources », Critique, n° 25, juin 1948, p. 483-498.

[5] Claude Bouché, Lautréamont : du lieu commun à la parodie, Paris, Larousse, coll. « thèmes et textes »,  1974, p. 26.

[6] Abréviations utilisées : Ch. = Chant ; Pl. = édition des Œuvres complètes de la Pléiade, voir supra, n. 2 ; P. I = Poésies I. Outil de référence : Œuvres complètes de Lautréamont, fac-similés des éditions originales, Hubert Juin éd., Paris, La Table Ronde, 1970,  n. p.

[7] Henri Béhar, « Beau comme une théorie physiologique », Cahiers Lautréamont, 2e semestre 1990, Livraisons XV et XVI, pp. 51-55. Texte partiellement repris dans PP 402-405. On le consultera aujourd’hui aisément dans Henri Béhar, La littérature et son golem, Paris, Champion, 1996, pp. 139-142.

[8] Jean-Jacques Lefrère, « La courbe que décrit un chien », Cahiers Lautréamont, 1er semestre 1987, Livraisons I et II, pp. 29-31 et Isidore Ducasse, Paris, Fayard, 1998, pp. 294-295. Curieusement, l’édition de la Pléiade renvoie au roman de Jules Verne, La Jangada (1881) postérieur de onze ans à la mort de Ducasse.

[9] Isidore Ducasse, op. cit., p. 493.

[10] Michel Pierssens, « Beau comme du Helmholtz », Ducasse et Lautréamont : l’envers et l’endroit, Du Lérot, éditeur & Presses Universitaires de Vincennes, 2005, pp.  165-169.

[11] Dans une lettre qu’il m’adresse après la lecture de mon article abrégé dans Histoires littéraires, Jean-Pierre Lassalle me rappelle que dans sa thèse consacrée au « Travail de la réécriture dans Les Chants de Maldoror de Lautréamont » (Nancy, 2000), Naruhiko Teramoto a déjà signalé l’emprunt à Paul Bert. C’est parfaitement exact. N. Teramoto mentionne la thèse de Paul Bert de 1866. Le rapport de Milne-Edwards de 1867 témoigne de la vitesse de diffusion concernant les progrès récents en matière de sciences zoologiques. J.-P. Lassalle me signale par ailleurs ses propres travaux sur « les résédas de la modestie » et le « fouet aux cordes de scorpions » que seule une mémoire défaillante m’a empêché de mentionner (cf. infra). Dont acte.

[12] Paul Bénichou, Le Temps des prophètes, chap. VI, « Figures héroïques de l’utopie », dans Romantismes français I, Paris, Gallimard, coll. « Quarto », 2004, p. 657.

[13] Paul Bénichou, op. cit., p. 661.

[14] Pierre Hyacinthe Azaïs,   De la phrénologie, du magnétisme et de la folie : ouvrage dédié à la mémoire de Broussais, Paris, Desessart, 1839, vol. 2, pp. 427-428.

[15] Voir son Petit musée des horreurs : nouvelles fantastiques, cruelles et macabres (1880-1900), édition établie et présentée par Nathalie Prince, Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins », 2008, 1152 p.  On trouvera « Les Fous » de Jules Lermina aux pages 469-508.

[16] http://www.larevuedesressources.org/spip.php?article927

[17] Clara Moressa, Jean-Jacques Lefrère, « En feuilletant La Revue populaire de Paris et quelques autres revues », Cahiers Lautréamont, 1er semestre 1995.

[18] On trouvera tous les détails nécessaires dans l’ouvrage de J.-J. Lefrère déjà cité, pp. 564-565.

[19] « L’ordinateur au service de l’annotation des textes littéraires – Verne, Apollinaire, Cendrars », Mesures et démesure dans les lettres françaises au XXe siècle, Paris, Honoré Champion, 2007, pp. 401-402.

[20] Roman Jakobson, « Linguistique et poétique », Essais de linguistique générale, traduit de l’anglais et préfacé par Nicolas Ruwet, Paris, [Editions de Minuit, 1963], Seuil, coll. « Points », n° 17, 1970, p. 248.

R. de Gourmont sur Lautréamont

In Non classé on 11/12/2012 at 14:20

Remy de Gourmont, Sur Lautréamont, textes choisis et présentés par Christian Buat, Editions du Sandre, 2010, 12 euros. ISBN 978-2-35821-045-4. Distribution L’Harmattan.

 Image

Par Kevin Saliou

C’est une excellente initiative qu’a eue Christian Buat de compiler en 2010 tous les textes écrits par Remy de Gourmont sur Isidore Ducasse. Sous le titre de Sur Lautréamont, titre en revanche assez vague qui occasionnera volontiers quelques confusions avec l’ouvrage du même nom qui réunissait les essais de Gracq, Blanchot et Le Clezio, l’éditeur regroupe en une cinquantaine de pages quinze textes de la main du critique fin-de-siècle qui font tous allusion, de près ou de loin, à notre poète. Le tout est paru aux Editions du Sandre en un joli petit livre plus que bienvenu.

Parmi ces textes, on retrouvera des choses diverses, depuis le célèbre article « La littérature Maldoror » jusqu’à des allusions moins connues dans des « Epilogues » de 1915. Buat a fait un travail remarquable qui remet en avant des textes rarement parcourus par les ducassiens, qui montrent que l’intérêt du critique pour Lautréamont ne s’est pas arrêté à ses recherches biographiques des années 1890, mais qu’il était encore capable de citer Lautréamont un an avant sa mort, preuve s’il en est que la lecture des Chants n’a pas été simplement un effet de mode à mettre sur le compte de l’engouement des symbolistes pour les poètes maudits, mais un intérêt bien réel et durable. Ainsi, l’œuvre l’a véritablement interpellé, même si on a parfois pu lire dans la critique que la particularité de Gourmont, au même titre que François Alicot, était de ne point partager l’enthousiasme général pour le poète franco-uruguayen. Il faudra peut-être reconsidérer cet aspect des choses à la lumière des textes qui nous sont proposés ici et qui montrent une véritable imprégnation, qui influence même parfois la prose du fin critique, pourtant à l’opposé de l’écriture d’une littérature Maldoror. Ainsi en témoignent les poèmes « Le Mal » et « Le Rêve » (dédié à Maldoror [sic ?]). Après 1895, l’influence de Lautréamont se fait déclinante mais le poète sert toujours de référence et de comparaison. En témoigne le compte-rendu du livre Paradoxal de C.Hulewicz où Gourmont salue les audaces à la Lautréamont, tout en blâmant la qualité fort inégale. Au cours des seize années qu’il lui restera à vivre au XXème siècle, Gourmont semble surtout garder en tête une image issue de la huitième strophe du deuxième chant, où le Créateur est dépeint dans des couleurs très noires qu’on a souvent rapprochées des toiles de Goya. L’idée d’un Dieu cruel marquera le Gourmont des dernières années, qui la reprendra à plusieurs reprises, notamment dans des articles consacrés à des incendies dramatiques, preuve s’il en est du désintérêt de l’être divin pour ses créatures.

On saluera donc l’initiative de cette réédition. Il est en effet appréciable de disposer de tous les textes de Gourmont, y compris les deux versions de sa « Littérature Maldoror » afin de comparer les variantes lors de sa réédition dans Le Livre des Masques. Buat a également fait paraître un Sur Rimbaud consacré à l’autre poète qui fascine à l’époque et que l’on cite encore souvent aux côtés de Ducasse (ce n’est que dans les toutes dernières années du siècle qu’Arthur Rimbaud éclipsera définitivement le poète montévidéen. Il serait d’ailleurs intéressant de réunir peut-être d’autres collections d’écrits sur Lautréamont. En 2008, les Editions du Rocher annonçaient la parution à venir d’un Lautréamont par Philippe Soupault, mais qu’est devenu ce livre, qui ne figure plus au catalogue de l’édition et ne semble être jamais sorti ? On gagnerait à pouvoir comparer les différentes versions de son texte lyrico-fictivo-biographique dédié à Isidore Ducasse, dont les rééditions s’étalent sur plus de cinquante ans.

Moins convaincante est la préface que Christian Buat joint aux documents compilés. Celle-ci est avant tout soucieuse de redonner à Gourmont la place qu’il mérite en tant qu’homme de lettres, mais aussi en tant qu’inventeur de Maldoror, pour reprendre l’expression de Maurice Saillet. En effet, comme le note Christian Buat, la postérité a gardé de l’homme un jugement caricatural et on ne lui a guère pardonné ses réticences sur Arthur Rimbaud. Certes, on ne lit plus beaucoup Gourmont et on a de lui l’image d’un rat de bibliothèque appartenant au siècle passé, et cette image est bien fâcheuse. Mais est-il vraiment nécessaire, pour redresser les torts et rendre à Gourmont les hommages qui lui sont dus, de cracher sur tous les autres hommes de lettres ? Fallait-il vraiment adopter le ton d’un fanatisme polémique pendant près de dix pages ? N’est-il pas évident que le lecteur qui lira cette préface saura déjà ce que l’on doit à Gourmont ?

La préface de Buat est en ce sens un véritable réquisitoire, totalement orienté dans le sens d’une réhabilitation forcée. Après avoir rappelé le travail fourni par Gourmont autour de Ducasse et son œuvre (Gourmont étant, selon les mots de Noël Arnaud que nous ne contestons absolument pas, le « principal artisan de la gloire de Lautréamont »), Buat passe à l’attaque. C’est d’abord Ionesco qui fait les frais, et Paulhan à travers lui. Buat écrit :

Ionesco, réceptionné à l’Académie (1971) et citant Paulhan, collabore ainsi à l’entreprise réductrice : « […] Il n’en est pas un qui n’ait dit un mot de Lautréamont, Gourmont excepté qui aurait, ce jour-là, mieux fait de se taire. »

Buat rappelle que visiblement, ni Paulhan ni Ionesco n’ont lu le Livre des Masques, et une petite note nous indique que Jean Paulhan « se garde bien » de rappeler que Remy de Gourmont a été le découvreur des Poésies. Du reste, Buat ne fait ici que reprendre les arguments levés par Maurice Saillet dans ses Inventeurs de Maldoror, mais Saillet écrivait dans un contexte précis, face à des ennemis encore vivants, et afin de provoquer la colère des surréalistes (ou de Paulhan dans ce cas précis) qu’il abhorrait. Aujourd’hui, on se demande bien qui s’émouvra de ce persiflage.

Gourmont, forcément, est excusé d’avoir repris à son compte la thèse de Bloy sur la folie de Ducasse, alors que Genonceaux avait vigoureusement protesté contre ce mythe fabriqué de toutes pièces par l’éditeur Rozez. Christian Buat veut nous montrer que Gourmont avait bien compris Lautréamont, qu’il n’en avait pas une vision partielle ou erronée, et enfin que son jugement a été très clairvoyant. Quant aux éventuelles réserves de Gourmont sur l’œuvre, elles sont balayées d’une traite : après tout, le critique n’a-t-il pas appelé son article « La littérature Maldoror », haussant par là-même Ducasse parmi les grands ? Certes Gourmont prend Ducasse pour un fou, mais il est véritablement intéressé par le texte et lui trouve une valeur littéraire. Et Bloy alors ? Nous conviendrons, avec Christian Buat, du réel enthousiasme du critique, qu’on a voulu minorer. Mais n’oublions pas non plus le contexte de ces articles : nous sommes en 1890, Genonceaux vient de rééditer l’œuvre, et c’est tout le Mercure de France qui salue la réédition. Est-ce un hasard si ce même Genonceaux a aussi été l’éditeur de Rachilde, ces mêmes années ? N’oublions pas que la note de Valette dans la livraison de janvier 1891, annonçant l’étude à venir de Gourmont, a tout d’une publicité commerciale visant à apporter un soutien indéfectible à l’éditeur.

Ce vocabulaire frondeur employé par Buat (« Qu’on arrête de… », « « Sans commentaire », « On croit rêver. », …) nous révèle un préfacier décidé à en découdre avec quiconque pourfend son écrivain favori. Il s’agit de régler des comptes avec ceux à cause de qui Gourmont est aujourd’hui un mal-aimé. La liste sera longue, mais Christian Buat ne ménage pas ses efforts pour réhabiliter le critique : ainsi, André Gide, pour avoir écrit que les pages de Gourmont étaient « tristement insuffisantes », est qualifié de « peste » ; Blanchot est encore « plus retors que Gide », Bachelard devient le « professeur Tournesol de la philosophie », Breton est « teigneux », Le Disque Vert devient, sous la plume des surréalistes vitupérateurs de Gourmont, le Disque Rayé… bref, tout le monde, jusqu’à Gracq, en prend pour son grade et se trouve brocardé à coup de sarcasmes, d’ironie déplacée, de mauvaise foi. Mais qui Buat combat-il ? Et qui songerait à le contester sur le fond de son propos ? Ne prêche-t-il pas parmi les convaincus ? Ce ton était-il véritablement nécessaire ?

Nous nous arrêterons là et renverrons le lecteur au livre en question, où il pourra survoler la préface, utile mais fastidieuse, et se jeter avec un intérêt redoublé sur les textes qui eux possèdent cette finesse et ce sens aiguisé de la critique qui caractérisaient le travail de Remy de Gourmont. Rendons justice à Christian Buat : cent vingt ans plus tard, les pages de l’auteur de Sixtine sur Maldoror n’ont pas pris une ride et se révèlent toujours aussi riches.

 

Aragon – Lettres à André Breton (1918-1931)

In Non classé on 09/12/2012 at 19:06

Kevin Saliou

 

            Excellente idée que celle de Gallimard, de publier la correspondance entre Louis Aragon et André Breton[1]. Celle-ci s’étend de 1918, un an après la fameuse rencontre au Val-de-Grâce, lorsque Breton est mobilisé et doit quitter Paris, jusqu’en 1931, date qui coïncide avec l’exclusion brutale d’Aragon de l’équipe surréaliste. Pendant treize ans, c’est le témoignage d’une amitié, qui ne se fait pas toujours sans heurts ni sans désaccords. C’est avant tout un document précieux pour comprendre l’histoire du surréalisme, sa formation et son déroulement. Il vient avant tout, pour nous ducassiens, faire pendant au fameux témoignage publié dans Les Lettres Françaises des 1er et 8 juin 1967[2], récit superbe fait par Aragon mais un peu trop enjolivé quand on le compare à la réalité des lettres.

Je me suis donc mis en chasse des mentions d’Isidore Ducasse dans ces lettres, afin d’évaluer la place que le poète avait pu prendre dans l’esprit des deux jeunes gens occupés à bâtir l’un des mouvements artistiques les plus importants du XXème siècle. Premier constat regrettable : le volume contient un index, mais nulle trace d’un Isidore Ducasse à la lettre D. En revanche, je trouve à la lettre L un certain « Lautréamont, Isidore Ducasse dit le Comte de », auteur des Chants de Maldoror et des Poésies[3]. N’eût-il pas été plus judicieux de placer son nom à la lettre D, ou au moins de faire un renvoi à Ducasse ? Aragon et Breton, qui savaient fort bien le nom du poète, l’employèrent, puisqu’ils furent à l’origine de la réédition des Poésies dans leur revue Littérature.

La préface de l’ouvrage, signée Lionel Follet, contextualise très bien la relation parfois très chaleureuse, parfois houleuse, entre Breton et Aragon. L’éditeur nous dit ainsi que « ces lettres, nous l’avons dit, jettent une lumière inédite sur les témoignages tardifs d’Aragon, en particulier dans Lautréamont et nous. A vrai dire, son récit de la découverte, par le trio, des Chants de Maldoror, avait déjà suscité le scepticisme de quelques chercheurs, en particulier Henri Béhar.[4] » Une note renvoie au livre de Béhar, André Breton le grand indésirable et à son article « Philippe Dada ou les défaillances de la mémoire » paru dans Europe n°769, mai 1993.[5]

Revenons avec Lionel Follet sur le problème. Aragon prétend avoir découvert Maldoror par la lecture du premier Chant reparu dans Vers et Prose, c’est-à-dire avant sa rencontre avec Breton en 1917. Il prétend également l’avoir révélé à Breton, qui à l’époque ne jurait encore que par Rimbaud. De là, les deux amis, liés tels Fargue et Jarry par un ami commun, passèrent leurs soirées au Val-de-Grâce à déclamer leurs strophes au milieu des cris des malades. Ce serait en revanche Breton qui aurait découvert en 1918 l’article de Valery Larbaud paru dans La Phalange, révélant l’existence des Poésies (avec fragments à l’appui). Il ira ensuite, on le sait, recopier les deux fascicules à la Bibliothèque Nationale.

Aragon se pose donc en découvreur de Lautréamont (même s’il écrit aussi que Soupault était le seul qui possédât un exemplaire des Chants). Pourtant, un an plus tard, en 1968 dans Aragon parle, il corrige ses souvenirs en écrivant : « C’est au Val-de-Grâce que s’est développé pour nous deux le goût de Lautréamont, que nous connaissions l’un et l’autre incomplètement, ayant seulement alors lu le Premier Chant de Maldoror, paru en 1913 dans Vers et Prose.[6] » Au moment où paraît Lautréamont et nous, en 1967, Breton n’est plus de ce monde pour rectifier les dires de son ancien ami. C’est même avec une certaine nostalgie qu’Aragon écrit ce superbe récit de leur amitié, mais aussi avec une intention stratégique qui est de rappeler le rôle qu’ils ont joué au moment où Lautréamont, entendons bien le scripteur et non l’individu Ducasse, est en train de se faire saisir par les théoriciens de Tel Quel pour une nouvelle relecture. Lionel Follet nous montre que « quant aux dates, tout semble indiquer que Breton n’a vraiment commencé à se passionner pour Lautréamont qu’à Saint-Mammès, en juin 1918 : c’est alors qu’il emprunte à Soupault […] son exemplaire des Chants. Et c’est en juillet-août qu’il en recopie de longs passages à l’intention de Fraenkel et d’Aragon, écrivant au premier, le 29 juillet : « Je ne pense plus qu’à Maldoror », et au second, le 12 août : « je demeure avec Lautréamont, beau comme le monde ». (Quant aux Poésies, rien n’atteste qu’il les ait découvertes avant l’hiver 1918-1919…)[7] ». Il semble donc nécessaire de revoir la chronologie des faits[8] et peut-être de revoir les faits eux-mêmes.

Aragon acquiesce, il semble suivre la progression de son aîné qui est en train de déconsidérer Rimbaud au profit de l’autre Dioscure, mais rien ne semble montrer qu’il l’ait précédé en cette voie ou qu’il ait initié Breton dans sa redécouverte du poète. A Fraenkel, qui se moque de l’engouement exclusif de Breton, Aragon répond même : « Jalousie sans raison au nom d’Arthur ma seule amour.[9] » Ainsi, s’il est certain qu’Aragon va lui aussi s’éprendre d’une vénération profonde pour les écrits d’Isidore Ducasse, il n’est sans doute pas exact qu’il a précédé les autres surréalistes dans cette lecture.

Lionel Follet suggère, à la suite des conclusions d’Henri Béhar, que c’est Philippe Soupault qui, ayant acheté par hasard un volume dans une librairie du boulevard Raspail, le porta à Breton pour partager son éblouissement. C’est ce qu’il confirme dans un texte de 1927. Cela se passe en 1917 semble-t-il, et le poète sera donc le véritable révélateur au sein du mouvement surréaliste. Il est à ce titre dommage qu’il n’ait pas cherché à rectifier les propos d’Aragon après la publication en 1967 des deux articles des Lettres Françaises. Il faut aussi revoir la fameuse anecdote des déclamations au Val-de-Grâce : Aragon donne comme caution de son récit le nom de Georges Auric, hospitalisé à ce moment là, qui pourrait témoigner. Celui-ci ne s’en est pas privé, et il confirme à deux reprises qu’en 1918 il n’était pas au Val-de-Grâce mais à la caserne du Mans, et qu’en revanche, son hospitalisation date de l’été 1919 où Breton lui fit effectivement récitation, non pas des Chants de Maldoror mais des Champs Magnétiques. Il faut donc considérer Lautréamont et nous comme une belle histoire, mais qui n’a sans doute pas grand-chose à voir avec la réalité historique – et d’ailleurs, Aragon n’a jamais trop repris ces anecdotes dans ses témoignages ultérieurs. [10]

Venons-en aux lettres elles-mêmes. Conformément à la volonté testamentaire d’André Breton, ses propres missives n’ont pu être éditées (et ne le pourront être avant 2016).  L’ouvrage ne nous donne donc à lire qu’une moitié de l’échange épistolaire, tout en l’accompagnant de notes pour éclairer le lecteur sur leur compréhension. Cela est fort regrettable, d’autant plus que c’est Breton qui copie des fragments des écrits de Ducasse (Maldoror, mais visiblement aussi les Poésies) dans les lettres qu’il envoie à Aragon. Fort heureusement, les 48 lettres envoyées par Breton à son ami n’ont pas disparu : elles se trouvent au fonds Aragon du CNRS de la BnF. Nous en connaissons des fragments, puisque Henri Béhar et Marguerite Bonnet ont pu les lire et y faire référence à diverses occasions, sans compter les extraits rapportés par Aragon lui-même lorsqu’il se replongea dans ses souvenirs pour rédiger son Lautréamont et nous.

La première mention de Lautréamont dans la correspondance n’arrive pas avant la page 108, dans une réponse d’Aragon écrite entre le 10 et le 14 juin 1918, qu’il termine par ces mots : « Je vais t’envoyer Poe, Soupault t’envoie Maldoror, et à T[héodore] F[raenkel] Paludes.[11] » Mention très brève, qui ne nous apprend rien, sinon que l’exemplaire circule d’un surréaliste à l’autre entre les « trois mousquetaires », pour reprendre l’expression de Valéry.

Nulle autre mention de Lautréamont, Ducasse ou Maldoror avant le 31 juillet 1918. La correspondance porte plutôt sur l’actualité poétique et les noms d’Apollinaire, de Max Jacob ou de Reverdy reviennent assez régulièrement. Pour ce qui est du XIXème  siècle, l’épistolier parle souvent de Rimbaud et de Jarry (qu’il parodie fréquemment, comparant la guerre actuelle à celle menée par Ubu en Pologne, et qu’il démarque en ponctuant ses lettres de « Merdre ! »), mais Ducasse semble assez peu présent à son esprit. Aragon est au front. Il ouvre sa missive, au style télégraphique assez décousu : « Les pièces de Napoléon n’ont plus cours. Merveille de Lautréamont – Chirico n’est rien auprès de lui. Et J[acques] Vaché, je ne veux pas. Je m’excuse par lettre.[12] » Il fait référence aux pièces à l’effigie de Napoléon III, qui viennent d’être démonétisées. Est-il en train de lire ou de relire Lautréamont ? Un peu plus loin dans sa lettre, il parle de Soupault, avec qui il est en correspondance directe. Il répond également à Breton, qui lui a proposé un projet de livre à trois sur les peintres, qu’il envisage aussi d’étendre à certains écrivains modernistes (parmi lesquels Jarry, Rimbaud, Lautréamont) : « Tu ne m’as pas dit ton projet sur le livre Rousseau. Le plan Soupault ne me déplaît pas. J’y songerai mais c’est difficile ici.[13] » Cet ouvrage, évoqué par Aragon dans Lautréamont et nous, n’aboutira pas.

Le 3 août, il écrit encore : « Je suis tout à Arthur.[14] » Ducasse ne le préoccupe pas plus que cela, mais le 10, dans une autre lettre à Breton écrite du front : « P[ierre] A[lbert-]B[irot] me décide à écrire. J’eusse cité sa lettre, intéressante par hasard, si elle ne fût restée entre les mains des Allemands. Et aussi d’autres de toi, que j’ai pleurées, et tout Maldoror.[15] » La note de Lionel Follet indique qu’il s’agit « très probablement des pages recopiées pour lui par Breton » qu’Aragon évoque dans Lautréamont et nous. « Je n’ai plus tes lettres pour y répondre. On a assassiné un peu de moi avec elles. Imagine que je les relisais. »

Dans une autre lettre du front, le 21août 1918, il évoque à nouveau cette perte : « Tes lettres, louanges inaccoutumées et quelques inquiétudes ; et Maldoror, je dors mal pour y penser, pour y penser. Est-ce Virgile le décrié, le seul poète épique ? On rêve entre cinq et sept.[16] » La note suggère que Breton ait pu envoyer de nouvelles pages recopiées à son ami, Aragon évoquant lui-même deux envois distincts dans son Lautréamont et nous. Dans la suite de cette lettre, il cite des passages d’une lettre de Reverdy puis commente :

Tout ce qu’on pourrait dire

Et tout ce que l’on dit

PARODIE

Car les Allemands dans la sape ont laissé une lampe à acétylène belle comme le jour ou plutôt comme la loi de Mendel sur l’hérédité des souris blanches et noires accouplées en séries conjuguées.[17]

On aura reconnu ici une parodie ou un pastiche des « beaux comme » de Lautréamont, pastiche d’ailleurs assez approximatif puisque la comparaison ne se joue qu’en deux termes et non trois comme c’est le cas chez Ducasse. Cependant, l’esprit est là puisque l’on retrouve une allusion scientifique qui rappelle les collages pratiqués par l’auteur des Chants de Maldoror.

Un mois plus tard, le 22 Septembre 1918, Aragon propose un nouveau « beau comme » :

L’aéroplane ou avion est-il un objet permis en art ? […] Il lâche de temps en temps des fusées belles comme des déjections, mon cher Comte. Et sa voix mélodieuse comme celle de tous les oiseaux dont on peut dire le nom en vers est plus charmante que la chanson rapide d’une souple machine à écrire sous les doigts d’une dactylographe patentée et forcément concubine d’un banquier israélite.[18]

La lettre se termine par : « Mais moi j’attends tes lettres douces comme… »

Le 1er Novembre, évoquant un télégramme de Fraenkel : « Parle de Picasso, et ces gens qu’on rencontre. Lautréamont BÔCUM. Mervyn, merveille n’est-ce pas comme Musidora ou Hallalyre.[19] »  Il s’agit encore une fois d’une variation autour des comparaisons de Maldoror. Aragon semble procéder par association d’idées et par proximités phonétiques. Ainsi, le mot de « rencontre » lui rappelle très certainement la « rencontre fortuite » du Chant VI, qui est employée pour décrire Mervyn. Le nom de ce dernier, du point de vue des sonorités, lui rappelle le mot « merveille ».

Il rapproche alors Mervyn, personnage rencontré par hasard par Maldoror rue Vivienne, d’autres personnages qu’il considère peut-être comme des rencontres merveilleuses : Musidora, l’héroïne des Vampires, le feuilleton de Louis Feuillade, et Hallalyre, alias Mirabelle dans son propre roman Anicet ou le panorama, qu’il est en train de concevoir. Ces trois personnages sont tous trois célébrés ici pour leur beauté : c’est la beauté du jeune anglais qui frappe son ravisseur au Chant VI, de même Musidora, héroïne en collants noirs, incarnait une certaine image de la femme sexy et mystérieuse, enfin Mirabelle, de l’aveu même d’Aragon, n’est pas une personne réelle mais un concept, l’incarnation de la beauté moderne. Enfin, peut-être Aragon a-t-il simplement été séduit par les sonorités de ces trois noms : Mervyn, qu’il rapproche de « merveille », Musidora qui évoque la musique, Hallalyre enfin, dont la fin du nom renvoie directement à l’instrument du poète.

On voit cependant dans cette lettre l’écriture se plier à l’enchaînement des idées en une sorte d’automatisme plus ou moins incontrôlé, propice à des jeux de mots, de sonorités ainsi qu’à des fantaisies orthographiques. La lettre est écrite avec un relâchement, une négligence (style télégraphique, libertés syntaxiques, allusions non-éclaircies) qui lui confère un certain hermétisme. Nous n’en saurons pas plus sur ces associations, qui ne sont peut-être pas à expliquer mais à mettre sur le compte de la fantaisie de l’épistolier.

Le 8 Novembre 1918, la lettre d’Aragon s’ouvre ainsi :

« Il                                tout le temps avec Lautréamont » écrit d’A[ndré] B[reton] T[héodore] F[raenkel]. Jalousie sans raison au nom d’Arthur ma seule amour.

Les Grandes-Têtes-Molles de ce temps-ci, j’y songe. Ce sont Henri Barbusse et les autres Barbus amoureux de la justice.[20]

Comme on le voit, un mot est manquant dans cette lettre, mais dont on n’aura guère de peine à en deviner le sens. On voit, d’après les propos de Fraenkel, que Breton est en train de se lier à Ducasse. A ce moment-là, Aragon est un peu à la traîne puisqu’il place encore Rimbaud au-dessus de l’auteur des Chants.

Cela ne l’empêche pas de réfléchir à une liste de Grandes-Têtes-Molles de son temps, un exercice auquel se prêteront plusieurs des surréalistes par la suite. En tête de la cohorte, il place Henri Barbusse, l’auteur du Feu récompensé deux ans auparavant d’un prix Goncourt et devenu un intellectuel majeur de la fin de la première guerre mondiale. Le pacifisme humaniste de gauche de Barbusse irrite au plus haut point les futurs surréalistes, qui pour l’heure sont davantage des sympathisants de l’anarchisme que du communisme.

Le reste de la lettre n’évoque plus Ducasse. C’est ici la première mention dans la correspondance d’Aragon d’une lecture des Poésies. Comment Aragon en avait-il pris connaissance ? Il avait vraisemblablement lu l’article de Larbaud dans la Phalange. Dans Lautréamont et Nous, Aragon affirme que Breton avait découvert cet article vers mars ou avril 1918, faisant ainsi rejaillir de l’oubli les Poésies. Breton lui avait-il recopié le passage des Grandes-Têtes-Molles ? La lecture des fascicules de Ducasse aurait peu à peu conduit Aragon à rejeter Rimbaud, c’est du moins ce qu’il écrit dans son récit-témoignage de 1968 : « Rien d’autre ne m’était plus langage. J’étais prêt à jeter mes dieux aux orties. Je tenais des propos insensés. Je ricanais de tout ce que j’avais aimé […]. C’était fatalement ouvrir le procès de Rimbaud.[21] » Ces dates ne coïncident pas avec ce que révèle la correspondance : non seulement, Aragon ne semble pas placer pour le moment Ducasse au-dessus de Rimbaud, mais il ne le fera pas avant quelques années encore. Quant à Breton, c’est au cours de l’été 1918 seulement qu’il s’éprend de Maldoror, et il faudra encore attendre l’hiver de cette même année pour qu’il s’intéresse à Poésies. C’est donc bien Philippe Soupault qui aura introduit Ducasse dans le cercle surréaliste, en 1917, en dépit de ce que prétend Aragon. Breton mettra une année entière à véritablement rencontrer les écrits de Ducasse, et Aragon quelques années encore.[22]

En revanche, dans une autre lettre datée du même jour, Aragon rend compte de sa lecture des Mystères de Londres de Paul Féval. Il en déduit une analyse du schéma du roman feuilleton, qu’il considère comme figé. On pensera au Chant VI en lisant ces lignes :

Et tu penseras du roman-feuilleton :

Qu’il est construit en trois points assavoir :

a)       Présentation de multiples et typifiés personnages ;

b)       Confrontation desdits un à un, en dévoilant les parties communes d’un passé mutuel d’abord insoupçonné ;

c)       Le dénouement (rapide) quand ce petit jeu est fini.

Et tirez-en les conséquences désirables.[23]

On ne retrouve pas trace de Ducasse dans la correspondance avant le 19 avril 1919. Que s’est-il passé pendant ces quatre mois ? Tout d’abord, la guerre s’est finie. Aragon écrit pourtant depuis Sarrebruck, où il campe avec son régiment. Au mois de janvier, une brouille est survenue entre lui et Breton, qui ne répondait plus que froidement à ses lettres. Il s’est un temps rapproché de Cocteau, pour finalement revenir vers son ami qui s’attelle à un nouveau projet : la fondation de la revue Littérature. Aragon se joint à l’équipe. Dans cette nouvelle lettre, il donne donc son avis sur un poème de Breton, « Une maison peu solide » (repris dans Mont-de-piété), qu’il commente avec un certain amusement :

Je sais bien que le principal c’est

L’émotion est considérable

Néanmoins TOUT vient ici de Lautréamont, qu’est-ce qui n’était pas chez lui ? Seulement je vois bien le pas fait et j’attends LA SUITE.[24]

La note nous dit que Breton vient de recopier les Poésies à la Bibliothèque Nationale. En effet, celles-ci sont publiées dans Littérature, numéros 2 et 3 d’avril et de mai 1919[25]. C’est peut-être cependant la première fois dans cette correspondance que l’on croise une véritable révérence faite à l’auteur des Chants, même s’il l’appelle encore par son pseudonyme. « TOUT vient ici de Lautréamont, qu’est-ce qui n’était pas chez lui ? » Aragon semble, pour la première fois dans cette correspondance, admettre une autre influence majeure aux côtés de son « seul amour », Arthur Rimbaud. Et en effet, si le pas est fait, ce n’est pas par lui mais bien par Breton.

La guerre s’achève. En juin 1919, Aragon écrit encore, à propos des mouches qui l’environnent et qui lui rappellent un poème de Saint-John Perse et surtout un autre de Rimbaud : « Que Rimbaud est près de mon cœur. […] Rimb avant tous (je n’ose pas citer, cela lui trop)[26] ». Il pense en fait à un extrait de « Voyelles », comme nous l’indique la note, suffisamment connu pour qu’il se passe de le citer. Mais on voit que le compagnon de route d’Aragon, cette fois encore, n’est pas Ducasse.

Aragon est maintenant rentré en France et reprend ses activités littéraires. Il s’attelle à la publication d’Anicet, rédige Les Aventures de Télémaque et s’investit dans les activités de Dada, qui est actif à Paris. Les lettres s’espacent, puisque maintenant Aragon et Breton ne sont plus séparés géographiquement par les réalités de la guerre.

Nous ne retrouvons l’évocation de Ducasse que dans une lettre datée du 14 Septembre 1922. Aragon est à Berlin, et il propose à Breton : « Veux-tu de la note-préface à Maldoror ? Elle est arrivée trop tard pour Broom, ils me l’ont payée avec des excuses et de l’argent. A y repenser, c’est une des meilleures choses que j’aie jamais dites.[27] » Il s’agit, nous dit la note, de la « Préface à Maldoror » qui sera publiée dans Les Ecrits Nouveaux, tome IX, n°8, août-septembre 1922.

Le 16 Novembre 1922, Aragon évoque un sondage de La Revue Hebdomadaire qui interroge les écrivains sur « Les maîtres de la jeune littérature ». Soupault y a déjà répondu en proclamant son admiration pour Giraudoux, ce qui déplaît à Aragon (« Eh bien merde.[28] ») qui décide d’écrire une réponse provocatrice et sarcastique dans ce qu’il a rebaptisé La Revue hebdomamerde :

(Je me décide à répondre à La Revue hebdom, sur ce ton :

N’aime ni Rimbaud, ni Lautréamont. Ai peu connu Apollinaire, homme assez gros qui aimait bien manger. Aime seulement un peu Baudelaire, beaucoup Nouveau et Racine. La génération actuelle a surtout lu Sade. Elle ne reconnaît qu’un maître : Jacques Vaché.

 

guère plus long.)[29]

La mention suivante se trouve dans une lettre du 16 août 1925. Aragon y réaffirme la place capitale qu’occupent les Chants dans son esprit :

Ici, je tombe dans un certain vague, une certaine impossibilité de fixer mon esprit sur quelques questions qui sont pourtant à l’ordre du jour. Je perds de vue la politique. Te l’avouerai-je ? Les Chants de Maldoror que j’ai eu l’imprudence d’emporter me détournent de tout au monde. Je ne comprends plus qu’il soit utile de dire, de faire quoi que ce soit. Cela passera sans doute, et puis il y a la chaleur, les orages.[30]

Ce sera la dernière évocation du poète ou de son œuvre dans la correspondance Aragon/Breton. Les dernières années sont consacrées aux voyages d’Aragon, à son activité de plus en plus orientée politiquement et la conversation s’achève après le Congrès de Moscou de 1930.

Pour être complet, il faut encore évoquer une lettre écrite de Londres en mai 1926. Aragon n’y parle pas de Ducasse, mais sur les feuillets qu’il envoie à Breton figure un dessin de Georges Malkine représentant un cygne noir, une enclume et un crabe tourteau, sur une tache de sang, allusion nette au Chant VI. L’édition, qui reproduit parfois certaines lettres, ne fournit ici que les pages 2 et 3, qui ne comportent pas lesdits dessins.

Pour conclure, on constate que Ducasse n’est pas tant présent que cela dans la correspondance et, fait étonnant, il ne s’impose que tardivement comme l’une des références majeures d’Aragon. Il semble bien que Breton ait été plus prompt à le hisser au Panthéon des héros du surréalisme. Si l’on regarde l’index des noms cités, Baudelaire prend une place à peine moins importante que Lautréamont/Ducasse. Jarry est cité 15 fois, Ducasse 14, mais les allusions à Jarry, en particulier à Ubu Roi, sont nombreuses lorsqu’on parcourt les années de régiment. La pièce ‘pataphysique semble l’imprégner bien davantage que les Chants de Maldoror. Mallarmé est également évoqué 14 fois, mais surtout, Rimbaud écrase de sa présence tous les autres auteurs de la fin du dix-neuvième siècle : dans la correspondance, on trouve en tout 45 fois référence à son nom ou à son œuvre, et ce d’une façon plus constante que les mentions de Ducasse. La comparaison est parlante.

Pour sa défense, Aragon restreint le récit de Lautréamont et nous à la période précise allant de septembre 1917 à mai 1918, juste avant le départ de sa garnison pour Saint-Mammès. Il écrit : « Si j’en reviens à ce temps […], il me paraît surtout hanté de cette ombre croissante que Maldoror étendit sur nous.[31] » Mais peut-on imaginer que Lautréamont fut une révélation d’une année, avant que soudainement il ne suscite plus le moindre intérêt chez Aragon pendant presque cinq ans ? Il faut plutôt imaginer Breton se prendre d’enthousiasme, suivi de loin par Aragon, et non point précédé comme celui-ci l’affirme.

En guise de témoignage ultime, je voudrais proposer une troisième et dernière version de la découverte de Lautréamont par Aragon et Breton : il s’agit d’un manuscrit inédit de la collection Jacques Doucet, intitulé fort à propos L’Attitude de Ducasse a dicté la nôtre et mentionnée par Roger Garaudy dans son Itinéraire d’Aragon[32] : « C’est sous le coup de la révélation récente des Poésies de Ducasse que j’entrai chez Léonce Rozemberg, le 14 ou 15 mars 1919, en compagnie d’André Breton. Frais débarqué de ma garnison de la Sarre, j’avais lu sur les épreuves du N°2 de Littérature la première partie de cet ouvrage. J’ignorais la seconde que Breton n’avait pas encore copiée à la Bibliothèque. Il faut songer que l’attitude de Ducasse a dicté la nôtre, j’entends de Soupault, de Breton, d’Eluard et, par la suite, de bien d’autres, comme de moi, pendant trois ans déjà. Je n’en étais pas remis que, convié à lire les poèmes de Reverdy chez Rozemberg, j’étais entraîné dans cette galère, où m’assurait-on, se pressait un public averti. » Je n’ai malheureusement pas eu l’occasion de me rendre à la bibliothèque Jacques Doucet pour consulter cet inédit, mais de cet extrait donné par Roger Garaudy ressort un témoignage moins romanesque et plus proche de ce que fut sans doute la réception de Ducasse chez les surréalistes. Elle vient contredire le témoignage de Lautréamont et nous et coïncide en revanche avec ce que nous venons de déduire des Lettres à André Breton : Aragon n’a fait que suivre ses amis, entraîné par eux à la découverte d’un auteur qui allait néanmoins véritablement l’ébranler. Il faudrait à l’avenir que quelqu’un songe à rééditer l’inédit d’Aragon, et peut-être faudrait-il également fouiller le fonds Aragon de la bibliothèque Jacques Doucet, qui contient sans doute d’autres allusions à Ducasse[33].


[1] Aragon, Lettres à André Breton 1918-1931, édition établie, présentée et annotée par Lionel Follet, NRF, Gallimard, 2011.

[2] Aragon, Lautréamont et nous, paru dans Les Lettres Françaises, 1er et 8 juin 1967, réédité aux éditions Sables, 1992.

[3] Lettres à André Breton, p.450.

[4] Ibid., p.15.

[5] Dans ce dernier, on peut lire : « En effet, c’est bien par Soupault, et lui seul, que les trois amis ont pris conscience de l’importance de Lautréamont, alors totalement inconnu en France, pour la génération nouvelle. C’est lui qui a trouvé, en juin 1917, un exemplaire des Chants à la librairie Ars et Vita, située en face de l’hôpital auxiliaire du boulevard Raspail où il soignait une rechute. C’est lui qui a prêté son exemplaire pour que les deux amis le lisent à haute voix lors de leurs gardes au Val-de-Grâce […] selon la narration qu’en donne Aragon dans [Les Lettres Françaises] et qui n’a pu se situer qu’en avril 1918. Enfin, c’est lui encore qui renouvelle son prêt, en juin 1918, pour que Breton […] le lise tout à loisir et en recopie de larges extraits à l’intention d’Aragon et de Théodore Fraenkel. » Le reste de l’article porte davantage sur la période dadaïste et l’implication de Soupault. « Philippe Dada ou les défaillances de la mémoire », Europe, mai 1993, n°769, pp.7-14.

[6] Cité par Lionel Follet, Lettres à André Breton p.16.

[7] Ibid. pp.16-17.

[8] Citons encore Henri Béhar qui écrit dans son ouvrage André Breton, le grand indésirable, Fayard, 2005, 566 p. : « C’est seulement en juillet-août 1918, en cantonnement à Moret, que Breton recopie dans ses lettres à Fraenkel et Aragon les passages qu’il préfère de Lautréamont, « beau comme le monde », dans l’exemplaire de Soupault qu’Aragon est allé emprunter à son intention le 9 juin. »

[9] Lettres à André Breton, p.17.

[10] Pour compléter la question de la découverte de Lautréamont par les surréalistes, rappelons ce qu’écrivait encore Henri Béhar dans André Breton, le grand indésirable : « Le fait est que, tout imbu de Rimbaud, de Mallarmé et de son cénacle, Breton ne soupçonne pas la grande secousse littéraire qui s’est produite vers la fin du second Empire. » Béhar rappelle néanmoins que Breton connaissait certainement Lautréamont depuis quelques années, peut-être même 1914, « mais il faudra une lente maturation pour que Breton en vienne à placer Lautréamont au-dessus de tout ».

[11] Lettres à André Breton,p.108.

[12] Ibid. p.161.

[13] Ibid. p.162.

[14] Ibid. p.164.

[15] Ibid. pp. 166-167.

[16] Ibid. p.175.

[17] Ibid.pp.176-177.

[18] Ibid. pp.213-214.

[19] Ibid. p.223.

[20] Ibid. p.225.

[21] Lautréamont et nous, pp.30-31 et 35-36.

[22] On lira à ce sujet les conjectures établies par Lionel Follet dans sa préface, p.15 à 20.

[23] Lettres à André Breton p.227.

[24] Ibid. p.264.

[25] Aragon ne fera aucune allusion à la reproduction des Poésies. Néanmoins, le 1er juin 1919, il demande à Breton : « Où en es-tu avec P[ierre] R[everdy]. » Celui-ci en effet s’est opposé à la diffusion du texte dans Littérature et est en froid avec Breton.

[26]Lettres à André Breton, p.282.

[27] Ibid., p.316.

[28] Ibid., p.322.

[29] Ibid., pp.323-324.

[30] Ibid. p.350.

[31] Lautréamont et nous p.22.

[32] « L’attitude de Ducasse a dicté la nôtre », manuscrit inédit de la collection Jacques Doucet, n°7206-15, in Roger Garaudy, Du surréalisme au monde réel : l’itinéraire d’Aragon, Gallimard, 1961, p.73. Nous recopions à partir de l’ouvrage de Garaudy.

[33] A commencer par le manuscrit 7206-13 qui évoque le moment où Breton recopie Poésies (cité également par Roger Garaudy, op.cit.

%d blogueurs aiment cette page :